Diplomatie

Algérie : malaise au ministère des Affaires étrangères

Sabri Boukadoum, le ministre algérien des Affaires étrangères, répondant aux questions des journalistes après une rencontre avec le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, le 26 avril 2019 à Tunis (image d'illustration).

Sabri Boukadoum, le ministre algérien des Affaires étrangères, répondant aux questions des journalistes après une rencontre avec le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, le 26 avril 2019 à Tunis (image d'illustration). © Hassene Dridi/AP/SIPA

La nomination d'Abdallah Baali, fin août, pour prendre les commandes de l'ambassade d'Algérie en France, a finalement été annulée, renforçant le malaise au sein du ministère des Affaires étrangères.

Le mouvement diplomatique que le ministre Sabri Boukadoum avait proposé à la fin d’août a été retoqué par la présidence. Annoncé ambassadeur d’Algérie en France, Abdallah Baali a été prié de rester chez lui. Il est pressenti comme directeur de campagne de l’ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, candidat à la présidentielle du 12 décembre.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte