Politique

Algérie : de l’ONU au consulting, Saïd Djinnit ou l’art du dialogue

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 octobre 2019 à 11:58

Saïd Djinnit, le 26 mars 2019 à New York.

En mars, le diplomate algérien a cédé son poste d’envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs, qu’il occupait depuis 2014, au Chinois Huang Xia. Désormais consultant, il continue de prêcher le dialogue.

Aujourd’hui installé à Bruxelles, Saïd Djinnit, 65 ans, est consultant pour l’African Centre for the Constructive Resolution of Disputes (Accord), un think tank sis à Durban, en Afrique du Sud, dans le cadre duquel il mène des missions ponctuelles de résolution de conflits et de négociations de paix.

Il travaille également avec l’Institut européen pour la paix, à Bruxelles, pour lequel il prépare actuellement une visite de coopération au Soudan qui aura pour but de soutenir l’action d’Abdallah Hamdok, le nouveau Premier ministre.

« Dialogue à tout prix »

En parallèle, celui qui fut directeur du bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest jusqu’en 2013 achève un ouvrage, qui devrait s’intituler Dialogue à tout prix et qui retrace sa mission de négociateur en Guinée de 2008 à 2013. Il espère aussi publier bientôt un court roman, rédigé en 2003, en hommage à la femme africaine.