Télécoms

TIC : pour Liquid Telecom, la Bourse n’est plus prioritaire

Réservé aux abonnés | | Par
Les géants des télécoms sont en pleine tourmente sur le continent.

Les géants des télécoms sont en pleine tourmente sur le continent. © Vincent Fournier pour JA

Considéré comme bien avancé il y a un an, le projet d’introduction en Bourse à Londres de Liquid Telecom ne semble plus prioritaire.

Dès décembre 2018, évoquant des conditions de marché défavorables, Strive Masiyiwa, propriétaire du principal opérateur panafricain de fibre optique, avait refroidi ceux qui tablaient sur la cession de 25 % du capital.

« Ce n’est plus notre objectif principal », confiait-il à la presse financière. Liquid Telecom poursuit néanmoins son expansion.

Injection de fonds

En avril, l’institution britannique de financement CDC Group a acquis 8 % de son capital pour 180 millions de dollars. Une injection de fonds bienvenue pour l’opérateur, qui construit un câble reliant Port-Soudan à Lagos et prévoit d’investir en Égypte 400 millions de dollars en trois ans dans des infrastructures de réseau et dans deux data centers.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer