Politique économique

Cameroun : l’économie reste résiliente malgré la crise prolongée

Pont rénové sur le Rio Nunez, dans la région de Boké.

Pont rénové sur le Rio Nunez, dans la région de Boké. © Youri Lenquette

Le poids lourd de la zone Cemac est cité par Moody’s parmi les économies les plus résilientes du continent africain.

« Résiliente ». Le même mot revient pour qualifier les performances de l’économie camerounaise, en proie aux difficultés budgétaires de l’État et à une crise anglophone persistante.

Dans une note parue le 15 août, l’agence Moody’s classait le Cameroun, avec le Rwanda et la Côte d’Ivoire, parmi les économies africaines les plus résistantes aux chocs.

Exemptions fiscales

En août, l’Institut national de la statistique révélait ainsi que le pays avait connu une croissance de 4,2 % au premier trimestre, conformément aux prévisions de la Banque mondiale. Le pays aligne d’autres bons indicateurs, comme une inflation maîtrisée autour de 1,2 % – restant donc inférieure aux 3 % fixés par la norme communautaire. Le déficit de la balance des transactions courantes devrait se stabiliser autour de 3,1 %.

S’il salue également la préservation des équilibres macroéconomiques, le FMI pointe néanmoins le niveau élevé des exemptions fiscales, estimées à 3 % du PIB. Un sujet qui doit selon le Fonds être « résolument abordé à partir du budget 2020, tout en assurant la protection des pauvres et des personnes vulnérables ».

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte