Pétrole & Gaz
Une vue d’Abuja. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Cet article est issu du dossier

Nigeria : la relance ou le chaos

Voir tout le sommaire
Économie

Le Nigeria maintient son blocus avec le Bénin

Depuis plus d’un mois, le Nigeria, telle une citadelle, maintient la fermeture partielle de sa frontière avec le Bénin.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 octobre 2019 à 14:58

Le port autonome de Cotonou, au Bénin

Jusqu’alors, les appels du parlement de la Cedeao et de plusieurs chefs d’État ouest-africains à une normalisation de la situation n’y ont rien fait. Un verrouillage sans concession principalement motivé, selon le président Muhammadu Buhari, par la nécessité de protéger le pays contre le trafic d’armes, la contrebande d’hydrocarbures et l’importation illégale de produits alimentaires.

Ironiquement, cette décision protectionniste intervient deux mois après le ralliement d’Abuja au projet de Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca), laquelle vise une plus forte intégration économique régionale.

Conséquences économiques

En attendant, les conséquences économiques se font de plus en plus lourdement sentir, surtout pour Cotonou. Les échanges avec son voisin nigérian pèseraient pour 20 % du PIB du pays.

Des milliers de camions avec des vivres périssables à leur bord sont désormais bloqués à la frontière et ne trouvent plus de débouchés auprès de leurs clients nigérians.