Dossier

Cet article est issu du dossier «Nigeria : la relance ou le chaos»

Voir tout le sommaire
Pétrole & Gaz

Nigeria : la relance ou le chaos

Construction de la ligne de chemin de fer entre Lagos et Ibadan par la China Railway Construction Corporation, en mars 2017.

Construction de la ligne de chemin de fer entre Lagos et Ibadan par la China Railway Construction Corporation, en mars 2017. © PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Abuja dispose d’une marge de manœuvre réduite avant que les bouleversements démographiques ne rendent plus périlleux le chemin vers le développement. Les réserves d’hydrocarbures constituent néanmoins un solide motif d’espoir pour sortir le pays du cycle de faible croissance auquel il est ferré.

Muhammadu Buhari n’est pas coutumier des mises en garde. Pourtant, à la fin d’août, le président nigérian n’a pas manqué d’alerter sa nouvelle équipe ministérielle : d’ici à 2050, la population du pays – qui compte aujourd’hui quelque 200 millions d’habitants – aura doublé.

« Si nous restons les bras croisés et attendons de ceux que nous appelons des partenaires de développement qu’ils règlent le problème, cette perspective peut sembler angoissante. Mais si nous agissons, nous trouverons les solutions », a-t-il indiqué.

Bien que contestée par le principal candidat de l’opposition, Atiku Abubakar, la réélection en mars de M. Buhari, avec 4 millions de voix d’avance, semble avoir été plus aisée que la tenue de ses promesses en matière de lutte contre la corruption, de diversification de l’économie et de renforcement de la sécurité. Au-delà des exhortations à l’autosuffisance nationale et du scepticisme face aux interventions extérieures, Buhari est bien conscient de la nécessité de s’attaquer à certaines priorités.

Mesures radicales

Parmi les maux qui entament la croissance, on peut citer la stagnation des recettes, la trop grande dépendance à l’égard des importations, la lenteur de l’industrialisation, la corruption, les dysfonctionnements politiques, l’insécurité nationale et régionale et enfin l’explosion démographique, en passe de faire du Nigeria, au mitan du siècle, le troisième pays le plus peuplé du monde.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte