Justice

Condamnation pour « complot » en Algérie : black-out sur un procès hors normes

Croquis d’audience. Sur les sept prévenus, trois seulement étaient présents.

Croquis d’audience. Sur les sept prévenus, trois seulement étaient présents. © Saad pour JA

Interdit de couverture médiatique, le jugement par un tribunal militaire de plusieurs anciens hauts responsables, dont Saïd Bouteflika et « Toufik », aura été pour le moins expéditif...

Quinze ans de prison ferme pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’État ». Les prévenus n’ont pas bronché à l’énoncé de leur condamnation par le tribunal militaire de Blida, à 50 km à l’ouest d’Alger, au terme de 48 heures d’audience.

Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller du président déchu, l’ex-général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit « Toufik », patron des services de renseignements de 1990 à 2015, son successeur, le général Athmane Tartag, dit « Bachir », ainsi que Louisa Hanoune, dirigeante du Parti des travailleurs (PT), savaient sans doute déjà à quoi s’en tenir après leur incarcération spectaculaire en mai.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte