Politique

Cameroun : dix choses à savoir sur le Premier ministre Joseph Dion Ngute

PM pendant les concertations pour le Dialogue national, septembre 2019© Maboup

PM pendant les concertations pour le Dialogue national, septembre 2019© Maboup © MABOUP

C’est à son Premier ministre que Paul Biya a confié le soin de diriger le grand dialogue national, du 30 septembre au 4 octobre. Une mission de confiance, mais ô combien périlleuse.

1. Enraciné

Il est issu d’une famille de notables du Sud-Ouest anglophone, où il est né il y a soixante-cinq ans. Chef traditionnel attaché à ses racines sawas, il garde un lien très fort avec sa région, tout en menant une carrière – administrative et politique – dans la capitale.

2. Enseignant

Formé dans les facultés de Yaoundé puis de Londres, titulaire d’un Ph.D de l’université de Warwick (Grande-Bretagne), ce juriste en droit des affaires a lui-même été professeur à Yaoundé II, dans les années 1980.

3. Prestige

En 1991, il devient directeur général de l’École nationale d’administration et de magistrature (Enam), un établissement très en vue de Yaoundé.

4. Inoxidable

Entre décembre 1997 et mars 2018, il est ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé du Commonwealth. Il sera ensuite ministre chargé de mission à la présidence de la République. Fidèle de Paul Biya, il est membre du comité central du RDPC (parti au pouvoir).

5. Diplomate

Il a représenté le Cameroun au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, à Genève, ainsi qu’à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, à Banjul (Gambie). Il a également conduit la délégation camerounaise aux négociations qui ont abouti à la création de l’UA et été le principal représentant de son pays au sein de la Commission du Golfe de Guinée.

6. Bakassi

Membre de la Commission mixte Cameroun-Nigeria placée sous l’égide des États-Unis, il a participé aux négociations qui ont abouti à la mise en œuvre de la décision de la Cour internationale de justice de La Haye concernant le différend frontalier de Bakassi.

7. Démineur

En mai dernier, il a sillonné pendant près d’une semaine les provinces du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, multipliant les rencontres avec autorités locales, responsables politiques, chefs religieux et représentants de la société civile. Chaque fois, il a expliqué être porteur d’une offre de dialogue de Paul Biya.

8. Au charbon !

Ce très discret homme du sérail sera le maître d’œuvre du grand dialogue national, au Palais des congrès de Yaoundé. À l’ordre du jour : le bilinguisme, la décentralisation, le retour des déplacés, la démobilisation et la réinsertion des anciens combattants.

9. Diaspora

Pour sortir de la crise anglophone, il a reçu mandat de mener de larges consultations, afin de recueillir les avis et doléances de tous les Camerounais. Dans les prochains jours, des délégations seront envoyées à la rencontre de la diaspora.

10. Fusible

Diriger le grand dialogue national est à la fois un privilège et un risque ! Si ces assises se soldaient par un échec, nul doute que le chef de l’État, qui a choisi de rester en retrait, lui en ferait porter la responsabilité.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte