Justice

Cameroun : le cabinet français Cerutti contre-attaque dans l’affaire Camrail

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016

Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016 © AP/SIPA

C’est en partie sur la base du rapport du cabinet d’expertise français Cerutti qu’en 2018 Camrail avait été déclaré coupable d’homicide involontaire dans le procès de la catastrophe ferroviaire d’Eseka, qui avait tué 79 personnes en octobre 2016, duquel Camrail a fait appel.

Dans l’affaire de la catastrophe ferroviaire d’Eseka (Cameroun), qui, le 21 octobre 2016, fit 79 morts, le cabinet d’expertise français Cerutti s’apprête à relancer les hostilités contre Camrail. À l’époque, sous la supervision du ministre Paul Atanga Nji, il avait été sollicité pour déterminer les causes du déraillement.

Camrail s’en prend à Cerutti

C’est en partie sur la base de son rapport qu’en 2018 Camrail avait été déclaré coupable d’homicide involontaire et de s’être livré à des pratiques dangereuses. Au cours du procès, cette société – qui a depuis fait appel – s’en était pris à Cerutti, suggérant notamment que l’analyse de celui-ci avait été rédigée en collaboration avec un expert, Benoît Essiga, qui avait été en contentieux avec elle et dont elle demandait la récusation.

Niant tout lien avec Essiga, Pierre Cerutti, fondateur du cabinet, a entamé des démarches pour accéder au dossier procédural et répondre à ces accusations devant la justice camerounaise. Conseillé à Paris par Patrick Berjaud (KGA Avocats) et à Yaoundé par Joseph Youmsi, il n’exclut pas de réclamer des dommages et intérêts. Qui seraient reversés, assure-t-il, aux victimes d’Eseka.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte