Politique

Côte d’Ivoire – Henri Konan Bédié : « Redevenir président ? Ce serait une revanche »

L’ancien chef de l’État à 
son domicile parisien, en septembre.

L’ancien chef de l’État à son domicile parisien, en septembre. © Vincent Fournier/JA

Une rencontre avec Laurent Gbagbo en juillet, une autre avec Guillaume Soro en septembre… À un an de l’élection, le Sphinx assume les jeux d’alliances et sa rupture consommée avec le RHDP.

Son secret ? Un peu de gymnastique, un bon kiné, pas d’alcool et, de temps en temps, un cigare cubain. À 85 ans, Henri Konan Bédié est en pleine forme. Lorsqu’il nous reçoit, le 10 septembre, dans son luxueux appartement parisien, l’ancien président jubile. À un an de la présidentielle, il vient de rencontrer Guillaume Soro et se délecte encore de cet aller-retour effectué à la fin de juillet à Bruxelles, où il est allé rendre visite à Laurent Gbagbo. Qu’importe si ces deux éléphants sont d’historiques adversaires. Au grand jeu du poker menteur ivoirien, tous les coups sont permis.

Son nouvel allié ne sera pas maître de son destin pendant encore de longs mois, condamné au silence et à résider loin d’Abid­jan depuis que la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a fait appel de son acquittement, le 16 septembre. Voilà donc Henri Konan Bédié à la tête de la fronde anti-Ouattara.

Après quinze années d’un mariage de raison, le chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) a mis fin à leur union et a retrouvé toute son acrimonie contre le chef de l’État. « Cette rupture lui a redonné goût à la politique », confie l’un de ses proches. Vingt ans exactement après avoir été chassé du pouvoir par les militaires du général Gueï, il semble se prendre à rêver d’un retour au palais présidentiel. Plus qu’une revanche, ce serait une résurrection. Ne l’appelle-t-on pas le Sphinx ?

Jeune Afrique : Il y a un mois et demi, vous avez rendu visite à Laurent Gbagbo à Bruxelles. Depuis, le PDCI et le FPI [Front populaire ivoirien] ont réussi leur premier pari en organisant un grand meeting commun à Abidjan. Où en est votre alliance ?

Henri Konan Bédié : Ce que nous avons décidé à Bruxelles tient toujours. Le PDCI et le FPI travaillent désormais ensemble au sein d’une même plateforme politique.

Sur le plan idéologique, vos deux partis n’ont pas grand-chose en commun. Quelle forme cette alliance va-t-elle prendre ?

Ils sont socialistes et nous sommes libéraux, notre plateforme n’est donc ni idéologique ni rigide. C’est une entente pour travailler ensemble à des objectifs précis en vue de l’élection présidentielle de 2020.

Vous accorderez-vous sur un candidat commun ?

Non. Chaque parti aura son candidat. Mais au second tour, le mieux placé recevra le soutien de l’autre.

Lorsque vous l’avez vu le 29 juillet, comment se portait Laurent Gbagbo ?

Il allait très bien.

Allez-vous le revoir bientôt ?

Il n’est pas prévu que j’aille à Bruxelles dans l’immédiat. À vrai dire, je l’attends plutôt en Côte d’Ivoire.

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo (photos d'archives).

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo (photos d'archives). © Photomontage: Vincent Fournier/Jeune Afrique / Peter Dejong/AP/SIPA

Au début de septembre, vous avez aussi revu l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, à Paris. Fera-t-il partie de cette plateforme ?

J’ai de très bonnes relations avec Guillaume, nous avons la même vision, et les mouvements qui le soutiennent font partie de notre alliance.

Vous a-t-il dit s’il sera candidat ?

Nous n’en avons pas parlé.

S’il se présente, soutiendra-t-il au second tour celui d’entre vous qui sera le mieux placé ?

Exactement.

Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne. © Issam Zelji/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

Laurent Gbagbo a-t-il accepté de s’allier à Guillaume Soro ? Leurs relations ont de quoi être difficiles…

Pourquoi faudrait-il demander ­l’accord de Laurent Gbagbo ? Il y a d’un côté les mouvements politiques de Guillaume Soro, de l’autre le FPI, de Laurent Gbagbo. Chaque entité n’a pas à avoir l’accord de l’autre pour faire ceci ou cela.

Finalement, le mot d’ordre de cette plateforme, c’est « tout sauf Ouattara » ?

Elle n’est dirigée contre personne. Mais en effet, nous sommes un grand rassemblement d’opposition, et Alassane Ouattara n’en fait pas partie.

Lorsqu’il a commenté votre rencontre, le président ivoirien a dit : « Je sais ce que Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié pensent l’un de l’autre », sous-entendant que vous ne vous teniez pas en grande estime…

Il a des certitudes comme cela, il s’imagine savoir ce que pensent les gens. Alors souvent, quand il comprend qu’il s’est trompé, le réveil est brutal.

En politique, rien n’est définitif. Mais pour le moment, mon alliance avec Alassane Ouattara est rompue.

Concernant vos relations avec Laurent Gbagbo, il se trompe ?

Oui. Quand on a de telles certitudes, on s’expose à des déconvenues.

Votre rupture avec Alassane Ouattara est-elle définitive ?

En politique, rien n’est définitif. Mais pour le moment, notre alliance est rompue. Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement.

Y a-t-il encore des canaux de discussion entre vous deux ?

Très peu.

Vous ne vous parlez plus ?

Entre nous, il n’y a plus de dialogue. Mais de temps en temps, on se téléphone, comme quand il a perdu sa belle-fille, ou à l’occasion de la fête nationale.

Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, le mercredi 8 août 2018.

Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, le mercredi 8 août 2018. © DR / Présidence ivoirienne

Avant d’être alliés de 2005 à 2018, vous avez été de grands rivaux et vous le redevenez désormais. Les masques sont-ils tombés ?

Oui. Il n’a pas tenu les engagements qu’il avait pris envers moi dans le cadre de l’appel de Daoukro, il n’a pas respecté ses engagements pour l’alternance en 2020 !

Le candidat du PDCI pour 2020, ce n’est pas forcément Bédié !

Son entourage dit que vous lui avez demandé de soutenir votre propre candidature. Pour lui, c’est inacceptable…

Mais non ! Moi, c’est le PDCI, le PDCI c’est moi ! Je ne lui ai pas demandé de soutenir Bédié, mais de soutenir le candidat du PDCI. C’est ce qu’il n’a pas voulu faire.

Et le candidat du PDCI pour 2020, ce n’est pas Bédié ?

Ce n’est pas forcément Bédié !

Alassane Ouattara a dit qu’il procéderait prochainement à des modifications de la Constitution. Il pourrait notamment rétablir un âge limite pour se présenter à la magistrature suprême. Qu’en pensez-vous ?

Il y a de graves risques de tripatouillage, et nous combattrons ce projet.

Est-ce que cela pourrait être pour vous exclure de la course ?

On ne peut pas penser à sa place. Mais si j’étais lui, je ne ferais pas cela. La manœuvre serait trop flagrante.

Allez-vous vous présenter à la prochaine présidentielle ?

Vous le saurez au deuxième semestre de 2020, lorsque la convention d’investiture désignera le candidat du PDCI. Par le passé, j’ai été président de la République mais jamais je n’ai été candidat. On est toujours venu me chercher.

Mais en avez-vous envie ?

Si le parti vient me chercher, alors je verrai dans quel état physique et personnel je serai.

Redevenir président, serait-ce pour vous une revanche sur le coup d’État de 1999 qui vous a renversé ?

Oui, ce serait une revanche, mais il n’y aurait pas de vengeance. Ce serait me rendre justice.

Serait-ce aussi une revanche sur 2010 ? Considérez-vous toujours que vous auriez dû être au second tour ?

Tout à fait. Ce serait également un facteur de réconciliation.

Pourrait-il y avoir une élection avec Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié comme candidats en 2020 ?

Non, car contrairement à moi il n’a pas le droit de se présenter.

Un troisième mandat d’Alassane Ouattara ne serait pas acceptable, ni pour moi ni pour le pays

Alassane Ouattara dit que la Constitution lui permet de faire un troisième mandat…

S’il fait un tripatouillage, peut-être, mais pas en l’état.

Vous ne considérez pas que les compteurs ont été remis à zéro avec le vote de la nouvelle Loi fondamentale en 2016 ?

Non. La limite, c’est deux mandats, c’est écrit dans la Constitution. Un troisième mandat ne serait pas acceptable, ni pour moi ni pour le pays. S’il le fait, vous entendrez le tapage que cela fera.

Que répondez-vous aux Ivoiriens qui estiment que c’est toujours la même génération qui préside aux destinées du pays et qu’il faut laisser la place aux jeunes ?

Au PDCI, nous n’avons pas ce problème-là. Notre parti est dirigé à 60 % par des jeunes de moins de 45 ans, ils sont des centaines dans nos structures.

Mais c’est vous qui êtes aux commandes…

Je ne suis pas un patron autocrate, je gouverne avec eux.

Après votre rupture avec Alassane Ouattara, des cadres importants de votre parti, comme Patrick Achi ou Jeannot Ahoussou-Kouadio, ont rallié le RHDP. N’est-ce pas un coup dur ?

Non, pas du tout. Nous le voyons, il y a de très fortes attentes vis-à-vis du PDCI, la mobilisation est de plus en plus importante. Ces gens qui nous ont quittés n’ont pas emporté avec eux nos électeurs, ils n’ont même pas emmené les populations de leur village. Ils sont partis tout seuls.

Comprenez-vous leur choix ?

Je suppose qu’ils ont agi selon leurs intérêts. Pour les uns, conserver un poste, pour d’autres, parce qu’ils avaient été menacés par le pouvoir.

Certains d’entre eux étaient proches de vous. Vous êtes-vous senti trahi ?

C’est une trahison, mais je n’ai pas de ressentiment. Il y a longtemps que je suis en politique, ce ne sont pas les premiers traîtres que je croise. Ils ne peuvent ni m’affaiblir ni m’affecter outre mesure.

En juin, vous avez été accusé de faire ressurgir le discours sur l’ivoirité. Que répondez-vous ?

Il n’y a pas un seul mot d’ivoirité dans ce que j’ai dit. J’ai dit que les orpailleurs clandestins étaient des étrangers venus de pays voisins et qu’ils opéraient contre les intérêts du pays. Le plus grave, c’est qu’ils viennent armés. Même Alassane Ouattara a reconnu que l’orpaillage clandestin était un fléau pour la Côte d’Ivoire !

Vous avez aussi parlé d’invasion massive des étrangers et de leur enrôlement en vue des élections…

J’ai parlé de fraude sur la nationalité ivoirienne, c’est vrai. Il y a de fausses cartes d’identité qui ont été fabriquées à l’étranger. Des camions et des documents ont été saisis, tout cela a été prouvé par des enquêtes, mais leurs conclusions ont été rangées au fond d’un tiroir. Qu’a-t-on fait de ces faux ? Je ne sais pas, mais des responsables du RHDP [Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, au pouvoir], comme Kobenan Kouassi Adjoumani, ont dit : « Au RHDP, nous n’avons pas peur d’enrôler des étrangers pour les élections. » Il a avoué. Il y a des inscriptions d’étrangers sur les listes électorales en vue des scrutins. C’est comme ça que le RHDP entend gagner en 2020, avec du bétail électoral.

Ce sont des imputations graves, vous les renouvelez donc ?

Oui. Quand une élue RHDP [Mariam Traoré, députée de Tengrela, dans le Nord] dit qu’elle ne souhaite pour rien au monde céder le pouvoir à des non-musulmans, c’est plus grave encore que l’ivoirité. Et cette élue n’a pas été sanctionnée.

Le climat politique en Côte d’Ivoire vous inquiète-t-il ?

Il est préoccupant. Regardez le dernier remaniement ministériel : on vient de composer un cénacle de 54 ministres [Premier ministre inclus]. Maintenant, il faut installer ces gens, leur donner quelques millions pour qu’ils se construisent une maison comme le veut la tradition, il faut qu’ils se constituent un cabinet, il faut leur trouver des locaux, des véhicules… Et tout cela pour faire main basse sur le budget de l’État et faire campagne pour leur patron.

Quel patron ? On évoque le nom du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, comme candidat du RHDP pour 2020. Quel regard portez-vous sur son bilan ?

Ses performances ne sont pas terribles. Il a conduit le pays vers une économie en berne : la croissance ralentit, le chômage explose…

Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien, lors d'un meeting à Ferkessédougou le 26 juillet 2019.

Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien, lors d'un meeting à Ferkessédougou le 26 juillet 2019. © DR / Amadou Gon Coulibaly

Les grandes institutions internationales applaudissent pourtant les performances de la Côte d’Ivoire, qui a l’un des meilleurs taux de croissance du continent…

Mais notre endettement n’a cessé d’augmenter.

Il n’y a pas d’âge limite en politique

Jusqu’à l’année dernière, votre parti était au pouvoir avec celui d’Alassane Ouattara. N’êtes-vous pas vous aussi comptable de ce bilan ?

Non, ces questions sont de la responsabilité du président de la République. Je nommais quelques personnes au gouvernement, c’est tout. Nous n’occupions même pas les postes clés.

Vous avez aujourd’hui 85 ans, vous dirigez votre parti depuis plus de vingt-cinq ans, vous avez déjà été président… Qu’est-ce qui vous anime encore ?

Il n’y a pas d’âge limite en politique. Tant que je suis en bonne santé, tant que le PDCI a besoin de moi, je dois le servir. Je ne cours pas après l’argent, je ne cours pas après les honneurs : je le fais par mission, comme un sacerdoce.


Laurent Gbagbo sur deux tableaux

Simple pacte de non-­agression, plateforme ou vraie coalition… La forme que doit prendre le rapprochement entre Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo n’est pas encore arrêtée. « Il ne peut pas y avoir d’alliance politique formelle à cause de la situation judiciaire de l’ancien président Gbagbo », explique-t-on dans les rangs du PDCI.

En réalité, selon plusieurs sources, la question n’a pas été discutée entre les deux hommes lors de leur rencontre, en juillet. « Gbagbo laisse parler Bédié, mais ce n’est pas pour autant qu’il est d’accord avec ce qui est dit, confie un conseiller du chef du FPI. Aujourd’hui, il a des intérêts communs avec le PDCI. Mais rien ne dit que ce sera encore le cas dans quelques mois. »

Gbagbo tente parallèlement d’instaurer un dialogue avec Alassane Ouattara. Il veut notamment préparer un éventuel retour une fois libéré des procédures de la CPI. À la mi-juillet, le secrétaire général du FPI, Assoa Adou, a rencontré Ibrahim Cissé Bacongo, ministre auprès du président chargé des Affaires politiques, sans que le dossier n’avance. « Bacongo n’était pas un bon signal », déplore-t-on dans le camp de Laurent Gbagbo. L’ancien président préférerait passer par l’entremise des ministres Marcel Amon-Tanoh ou Hamed Bakayoko, en qui il a confiance.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte