Dossier

Cet article est issu du dossier «RDC : Félix Tshisekedi est-il l'artisan d'un vrai « New Deal » ?»

Voir tout le sommaire
Société

En RDC, Alesh donne le tempo

Le port de Kinshasa, capital de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016

Le port de Kinshasa, capital de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016 © Gwenn Dubourthoumieu/2017.

Alain Chirwisa, alias Alesh, fait chanter et danser la capitale avec ses tubes que reprennent en chœur depuis des mois tous les Kinois.

Avec ses tubes O’a Motema Mabe (« tu es de mauvaise foi », en lingala) ou encore Biloko Ya Boye (« ce genre de choses »), que reprennent en chœur depuis des mois tous les Kinois, Alain Chirwisa, alias Alesh, fait chanter et danser la capitale.

Ces deux titres, sortis bien avant les élections de décembre 2018, n’ont en effet rien perdu de leur actualité. Dans ses chansons, Alesh raconte le quotidien des Congolais et épingle les travers des politiciens.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte