Diplomatie

Gabon : les raisons de la visite de Brice Laccruche Alihanga à Paris

Réservé aux abonnés | | Par et
Brice Laccruche Alihanga, à Libreville le 13 juin 2018.

Brice Laccruche Alihanga, à Libreville le 13 juin 2018. © David Ignaszewski pour JA

Outre les relations bilatérales et l’état de santé d’Ali Bongo Ondimba, le directeur de cabinet du président gabonais et le conseiller Afrique d’Emmanuel Macron ont abordé la situation de l’entreprise minière française Eramet et l’implantation de Suez au Gabon.

Arrivé à Paris le 8 septembre, Brice Laccruche Alihanga (BLA), directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba (ABO), a été reçu par Franck Paris, le conseiller Afrique d’Emmanuel Macron. Outre les relations bilatérales et l’état de santé d’ABO, ils ont abordé la situation de l’entreprise minière française Eramet et de sa filiale gabonaise, la Comilog. Un accord a été trouvé concernant le redressement fiscal dont la Comilog doit prochainement faire l’objet au Gabon.

Implantation de Suez au Gabon

Franck Paris et BLA ont également évoqué l’implantation de Suez dans ce pays. La multinationale française est sur les rangs, d’une part pour remplacer Averda dans la collecte des déchets à Libreville, et, d’autre part, pour reprendre les activités de la Société d’énergie et d’eau du Gabon, filiale de Veolia.

BLA était accompagné à Paris des ministres Tony Ondo Mba (Mines) et Roger Owono Mba (Économie). Il devait ensuite rejoindre Londres, où Ali Bongo Ondimba poursuit sa convalescence ainsi qu’une rééducation quotidienne. De retour au Gabon, BLA partira en tournée avec le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) dans l’Ogooué-Maritime.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte