Politique

Xénophobie en Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa sort du silence

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a été hué lors de la cérémonie d'hommage à Robert Mugabe, le 14 septembre à Harare, suite aux violences xénophobes qui ont frappé son pays. © AP/SIPA

Fragilisé sur la scène politique intérieure, le président sud-africain a condamné les récentes émeutes dirigées contre des étrangers qui ont secoué l'Afrique du Sud. Une réponse jugée trop timide sur le continent, qui a forcé Pretoria à montrer plus de fermeté.

Cette fois-ci, Cyril Ramaphosa parviendra-t-il à convaincre ? Au cœur d’une polémique grandissante quant à l’insuffisance de la réponse apportée aux violences xénophobes, le président Sud-africain devait absolument rassurer ses « frères africains ».

Après avoir été hué, samedi, lors des obsèques de Robert Mugabe au Zimbabwe, le président Sud-Africain a présenté ses « excuses ». « Je me tiens ici devant vous comme un frère africain, qui exprime ses regrets et présente ses excuses pour ce qui s’est passé dans mon pays », a-t-il lancé, après avoir pu reprendre son discours.

« Les Sud-Africains ne

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte