Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : les lignes de front d'Idriss Déby Itno»

Voir tout le sommaire
Économie

Tchad : Olam, le bon filon

Les autorités ont organisé des missions de sensibilisation pour inciter les agriculteurs à revenir à la culture de l’or blanc. © Tom Stoddart/Getty Images

Il y a près de dix-huit mois, l’État cédait 60 % de la société cotonnière nationale au géant singapourien. Depuis, la nouvelle direction a apuré les dettes de l’entreprise et a mis fin à la sinistrose des producteurs.

Tongba Dadina Zoutenet, producteur de coton à Goigoudoum, dans le sud-ouest du pays, est enthousiaste. « Nous avions fini par penser que la filière allait mourir. Mais, avec l’arrivée d’Olam et le paiement de nos arriérés, nous avons retrouvé l’espoir. » Les champs de coton s’étendent à perte de vue le long de la route nationale menant de Pala à Léré, près de la frontière camerounaise.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte