Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : les lignes de front d'Idriss Déby Itno»

Voir tout le sommaire
Pétrole & Gaz

Tchad : l’échiquier pétrolier en recomposition

Réservé aux abonnés | | Par et
Les recettes pétrolières sont en nette progression au Tchad.

Les recettes pétrolières sont en nette progression au Tchad. © Tom Saater/Bloomberg via Getty Images

Le secteur pétrolier tchadien reprend de la vigueur grâce à la remontée des cours du baril ainsi qu’à l’augmentation de la production, désormais estimée à 150 000 barils par jour, et des exportations de brut.

De quoi renflouer les caisses de l’État, dont les recettes pétrolières sont en nette progression. Elles étaient de 76,5 milliards de F CFA (environ 116,6 millions d’euros) au premier trimestre (+ 64 % par rapport à la même période en 2018) et de 154,9 milliards de F CFA au deuxième trimestre (+ 38,6 %), une hausse liée notamment à la restructuration de la dette que l’État avait contractée en 2014 auprès du suisse Glencore en guise d’avance sur les ventes de brut et pour le rachat des actifs de Chevron (qui était alors l’un des trois opérateurs du bassin de Doba).

L’entrée en production de nouveaux gisements concourt aussi à cette embellie. En juin, la China National Petroleum Corporation International Chad (CNPCIC) a démarré l’exploitation d’un troisième champ dans le bassin de Bongor, où le groupe est actif depuis 2009 : le champ Daniela, d’une capacité de 15 000 b/j.

CNPCIC se hisse ainsi au rang de premier producteur de brut du pays, devant le consortium du bassin de Doba, Esso Exploration and Production Chad Inc. (EEPCI, 35 000 b/j), qui associe la major américaine ExxonMobil (40 %), la malaisienne Petronas (35 %) et la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT, 25 %).

Un changement de partenaires devrait par ailleurs bientôt rebattre les cartes dans le bassin de Doba, puisque deux des principaux opérateurs présents ont annoncé leur départ et sont en quête d’acquéreurs. En avril, la compagnie ExxonMobil a en effet indiqué qu’elle cherchait à céder les actifs qu’elle détient depuis 2003 dans le bassin de Doba. À l’instar de Glencore, dont la production au Tchad s’élevait pourtant à 2,8 millions de barils en 2018, soit un peu plus de la moitié de la production pétrolière globale du groupe.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte