Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : les lignes de front d'Idriss Déby Itno»

Voir tout le sommaire
Pétrole & Gaz

Tchad : l’échiquier pétrolier en recomposition

Les recettes pétrolières sont en nette progression au Tchad. © Tom Saater/Bloomberg via Getty Images

Le secteur pétrolier tchadien reprend de la vigueur grâce à la remontée des cours du baril ainsi qu’à l’augmentation de la production, désormais estimée à 150 000 barils par jour, et des exportations de brut.

De quoi renflouer les caisses de l’État, dont les recettes pétrolières sont en nette progression. Elles étaient de 76,5 milliards de F CFA (environ 116,6 millions d’euros) au premier trimestre (+ 64 % par rapport à la même période en 2018) et de 154,9 milliards de F CFA au deuxième trimestre (+ 38,6 %), une hausse liée notamment à la restructuration de la dette que l’État avait contractée en 2014 auprès du suisse Glencore en guise d’avance sur les ventes de brut et pour le rachat des actifs de Chevron (qui était alors l’un des trois opérateurs du bassin de Doba).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte