Société

[Chronique] Armes blanches, barbarie noire

Par

Écrivain et blogueur camerounais

Des résidents protestent dans les rues de Johannesburg, le 8 septembre 2019. © /AP/SIPA

Triste spectacle que celui offert à nos yeux par une partie du peuple sud­africain, ces derniers jours. C’est une représentation horrible de ce que l’esprit humain, toujours aussi créatif, peut produire d’absurde et de malsain.

Les violences xénophobes (hélas récurrentes) survenues dans le pays de Nelson Mandela ont ravivé, en ceux qui en doutaient encore, la conscience de la dualité humaine, capable du meilleur comme du pire. Ainsi, on peut être, pendant de trop longues décennies, le symbole de la résistance d’une humanité marginalisée et ségréguée, quêtant dans le sang et la douleur sa liberté, et devenir, consciemment ou non, l’archétype du rejet et de la xénophobie exprimée de la plus abjecte des façons.

En observant la déferlante d’indignations suscitées par les événements tragiques de ces derniers jours, l’humble observateur que je suis n’a pas manqué de noter le choix des mots et des images mis en avant pour présenter ce qui se passe en Afrique du Sud.

Deux couleurs

C’est que, dans le patchwork des couleurs qui fondent le caractère multiracial de leur patrie, les enfants de la nation Arc-en-Ciel en

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte