Analyses

Économie tunisienne : « Comment mettre fin à cette folle dérive ? »

Hakim El Karoui. © MANTOVANI/Gallimard via Leemage

Alors que la dette publique tunisienne est passée de 40 % à 80 %, les organismes financiers internationaux attendent du nouveau gouvernement des propositions précises et le lancement de réformes, explique Hakim El Karoui, fondateur du cabinet de conseil stratégique Volentia.

 Jeune Afrique : Le scrutin tunisien intéresse-t-il à l’étranger ? 

Hakim El Karoui  : L’attention européenne se focalise sur la crise libyenne – que nul ne sait comment gérer – et sur le risque algérien, difficile à évaluer. Dans ce contexte, il est demandé à la Tunisie de ne pas choir. Les élections sont prises très au sérieux, mais apparaissent dans le même temps comme une farce : beaucoup de candidats, un favori emprisonné et les héritiers du président défunt qui se dressent les uns contre les autres. Le clivage identitaire – « est-ce qu’on est tunisien ou musulman d’abord ? » – qui avait marqué le scrutin de 2014 a disparu des débats. Le clivage aujourd’hui est entre sortants et non sortants, avec une montée du populisme.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte