Pétrole & Gaz

Yoven Moorooven (Engie Afrique) : « Nous voulons être leaders de l’accès à l’énergie sur le continent »

Yoven Moorooven (Engie) à La Défense, le 10 septembre 2019. © Damien Grenon pour JA

Avec l’acquisition de l’allemand Mobisol, le groupe français confirme ses ambitions. Une opération qui se concrétise au moment où l’énergéticien commence à tirer profit de sa nouvelle organisation. Explications.

Arrivé il y a un an et demi à la tête d’Engie Africa, le Mauricien Yoven Moorooven, 41 ans, semble comme un poisson dans l’eau. Pourtant, après un parcours de trader en matières premières (gaz, charbon) qui le mènera de la banque australienne Macquarie à la Deutsche Bank, celui qui a quitté la Perle de l’océan Indien à l’âge de 19 ans pour poursuivre ses études en France est avant tout entré chez l’ex-GDF Suez en 2013 pour développer l’activité charbon.

Ironie du sort, à peine deux ans plus tard, le groupe aux 61 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2018) annonçait son intention de renoncer à cette source d’énergie. Pas de quoi déstabiliser Yoven Moorooven, qui se recentre alors sur le développement de l’activité biomasse. Le départ précipité chez le concurrent EDF Renouvelables, de Bruno Bensasson, lui offre en 2018 un nouveau tremplin.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte