Politique

[Chronique] Tunisie : au nom du fils

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali avec sa femme Leila, le 25 octobre 2009. © Alfred de Montesquiou/AP/SIPA

Depuis l’ère Ben Ali, il est une constante de la politique tunisienne que peu relèvent : le pouvoir se joue autour de la progéniture masculine.

Ainsi, à y regarder de près, le destin de l’ex-chef de l’État, chassé par la révolution, bascula le jour où lui naquit un fils, causant sa disgrâce et précipitant sa chute. Comment ? Ben Ali était déjà papa de cinq filles, mais il rêvait d’avoir un garçon. Comme dans les contes, le miracle se produisit, et sa deuxième épouse, Leïla Trabelsi, lui donna l’héritier mâle. Ce fut joie et bonheur au palais de Carthage.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte