Politique

Gabon : Brice Laccruche Alihanga face à ses rivaux

Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet d'Ali Bongo Ondimba, le président gabonais.

Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet d'Ali Bongo Ondimba, le président gabonais. © DR / Facebook BLA

Le directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, engagé dans la conquête du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), s'emploie à écarter ses rivaux, au premier rang desquels l'ancien ministre Ali Akbar Onanga, qui tente de son côté de reconstruire une opposition à Brice Laccruche Alihanga.

En tournée dans la Nyanga, le Moyen-Ogooué et le Woleu-Ntem, Brice Laccruche Alihanga (BLA) poursuit sa conquête du PDG (parti au pouvoir). Le directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba (ABO) a réussi à y limiter l’influence des anciens du Mouvement des amis d’ABO. Mais ceux-ci n’ont pas dit leur dernier mot.

Ali Akbar Onanga, ex-ministre et député (exclu du PDG, qui ne le considère plus comme tel) tente de construire une opposition à BLA, avec le soutien de son ancien collègue Pacôme Moubelet Boubeya et celui d’Idriss Ngari, son beau-père, premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Onanga n’a pas digéré son limogeage du gouvernement, puis du PDG. De plus, le Conseil gabonais des chargeurs, que dirigeait son épouse, Liliane Ngari, a été supprimé, et sa mission confiée à l’Office des ports et rades du Gabon, dont le directeur général, Landry Régis Laccruche Lelabou, est le frère de BLA.

Bataille d’influence à l’Assemblée

À l’Assemblée, Onanga espère obtenir le soutien d’Emmanuel Issoze Ngondet, l’ex-Premier ministre, des ex-ministres Guy Bertrand Mapangou, Régis Immongault, Pascal Ambourouet, Jean-Pierre Oyiba et Guy-Maixent Mamiaka, ainsi que celui d’Hervé Opiangah, ex-conseiller à la présidence.

Ce dernier, comme Onanga, s’était opposé à Laccruche Alihanga après l’AVC du président, préconisant qu’il soit hospitalisé au Maroc alors que le « dircab », qui soutenait Sylvia Bongo Ondimba, préférait qu’il le soit à Londres. D’autres, qui attribuent leur éviction à Laccruche, ont pris leurs distances.

L’ancien ministre Étienne Massard s’est éloigné de la vie politique. Arsène Emvahou (ex-aide de camp du président) s’est installé à Bruxelles, comme attaché militaire. Steed Rey (ex-directeur des déplacements) travaille à l’Agence nationale de promotion des investissements et dirige sa société, Yoka Com’Event.

Enfin, Pierre-Claver Maganga Moussavou, l’ancien vice- président, a repris ses activités dans l’opposition. Le 24 août, il a reçu Jean Ping afin de discuter des législatives partielles, dont le second tour s’est déroulé le 31.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte