Politique

François Bozizé : « Tout ce que l’ONU veut, c’est me sanctionner, pas m’écouter »

François Bozizé (RCA), président de la République centrafricaine, au palais de la Renaissance en janvier 2012. © Vincent Fournier/Jeune Afrique/JA © Vincent Fournier/JA

Le mandat d’arrêt international émis par la Centrafrique en 2013 donne peu de sueurs froides à François Bozizé, et pour cause : aucune autorité n’a cherché à l’appliquer ces six dernières années.

En revanche, un autre obstacle se dresse sur sa route : les sanctions onusiennes prononcées en 2014 (gel des avoirs et interdiction de voyager). Le ministère des Transports centrafricain a en outre interdit à toute compagnie aérienne de transporter l’ex-président sur son sol. Ce sont ces restrictions que l’intéressé doit à tout prix faire annuler.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte