Pétrole & Gaz

Ouganda : bataille fiscale à Kampala entre Paul McDade (Tullow Oil) et Simon Kagugube

Paul McDade, PDG de Tullow Oil, et Simon Kagugube, président de l'autorité fiscale ougandaise (URA)

Paul McDade et Simon Kagugube © Tullow / Nationmedia

A Kampala, la compagnie pétrolière britannique Tullow Oil se retrouve enlisée dans un imbroglio fiscal qui n’en finit pas. Le français Total et le chinois CNOOC en font aussi les frais.

Deux ans et demi de discussions avec les autorités ougandaises, et le britannique Tullow Oil est revenu à son point de départ. La vente, annoncée en janvier 2017, de 21,6 % de ses parts à ses deux partenaires Total et CNOOC dans le projet du lac Albert est finalement annulée faute d’un accord avec Kampala sur le traitement fiscal de ce transfert.

La compagnie pétrolière pilotée par Paul McDade avait découvert le gisement en 2006 et vendu un tiers du capital à chacun de ses deux partenaires français et chinois en 2012 pour 2,9 milliards de dollars au total.

Tullow Oil va donc rester associé à la même hauteur avec un tiers des parts, alors qu’il escomptait descendre à 11 % après cette opération. Les 900 millions de dollars tirés de cette vente devaient lui permettre d’investir dans l’exploration et le développement d’autres projets, notamment au Kenya, dont il a commencé à la fin d’août à vendre les premiers barils d’or noir, et en Guyane où il vient de faire une découverte.

Pas d’exception fiscale pour Total et CNOOC

Tullow Oil avait pourtant négocié pied à pied avec les équipes de Simon Kagugube, patron de l’URA, obtenant en février 2019 un rabais sur la taxe de plus-value de cession liée à cette transaction, réduite à 167 millions de dollars, alors que Kampala lui en réclamait 300 millions. Mais les autorités n’ont par la suite pas accepté que les acheteurs Total et CNOOC puissent bénéficier des exemptions fiscales accordées auparavant à Tullow Oil pour ses investissements de 617 millions de dollars dans le projet.

D’où l’annulation de la vente, qui devait se conclure avant le 29 août, selon le mémorandum d’entente de 2017. Tullow Oil indique qu’il va chercher une autre solution pour diminuer sa participation dans le projet. Principale conséquence de cette bataille fiscale : la décision finale d’investissement permettant de démarrer le chantier de développement du projet (qui doit produire 1,5 million de barils) ne sera pas prise à la fin de 2019, ainsi que le prévoyaient Total et CNOOC. Ce qui repoussera donc nécessairement l’entrée en exploitation de ce projet, crucial pour l’Ouganda, puisqu’il doit transformer le pays en producteur de pétrole.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte