Diplomatie

Cameroun : pourquoi Paul Biya n’a finalement pas participé à la Ticad VII au Japon

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Paul Biya, le président camerounais.

Paul Biya, le président camerounais. © Lintao Zhang/AP/SIPA

Alors que la présidence avait fait savoir, le 23 août, que Paul Biya prendrait part à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad) à Yokohama, le chef de l’État camerounais n’a pas quitté son pays.

Une délégation camerounaise était pourtant déjà présente au Japon, et un avion, prêt à décoller de Yaoundé. Contactée, la présidence se refuse à tout commentaire et renvoie la balle à Lejeune Mbella Mbella, le ministre des Relations extérieures, qui a représenté Biya. Selon nos sources, cette volte-face ne serait pas étrangère à l’activisme de la diaspora camerounaise, qui avait commencé à s’organiser au Japon.

Le chantage de Richard Bona

En outre, l’annonce de la venue de Paul Biya avait suscité un certain embarras. Invité par le Premier ministre, Abe Shinzo, à se produire à l’occasion de la Ticad, le musicien Richard Bona – par ailleurs en tournée au Japon – avait averti ses hôtes qu’il ne jouerait « jamais » en présence du dirigeant camerounais.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer