Culture

[Tribune] Toni Morrison, immortelle aînée…

Par

Romancière franco-sénégalaise

Toni Morrison en avril 1994. © Kathy Willens/AP/SIPA

Décédée il y a un mois, la lauréate du prix Nobel de littérature en 1993 laisse derrière elle le souvenir d'une inoubliable Dame à la plume galvanisée par la soif de justice et de liberté.

Révérence ! Adieu, ce n’est jamais radieux, ce mot laisse le blues rancir en bouche. Inoubliable Dame, vigie du féminisme, inlassable avocate des droits de l’homme, révérence !

De Toni Morrison, je retiendrai qu’elle cultivait les plus belles lettres : celles qui nourrissent ceux qui marchent vers le rassemblement pacifiste, où la trinité stellaire, Montesquieu – Kant – Schiller, convoquait déjà la fratrie humaine. Punctus contra punctum se répondent les plumes à travers les siècles, ponctuant le mal, brisant les mortels silences. Quand les injustes imposent bride ou fouet, le chœur des poètes s’élève, s’oppose à tout râle, propose la voie pour des lendemains qui chantent. Et, même si le monde persiste à ignorer l’harmonie, Orphée reconnaît les siens à leur contrepoint.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte