Politique

Sénégal : Karim Wade, l’héritier

Abdoulaye et Viviane Wade, entourés de leurs enfants, Sindiély et Karim. Selon leurs détracteurs, le père serait désormais sous l’influence du fils. © facebook.com/abdoulayewade.officiel

En exil au Qatar depuis 2016, Karim Wade vient d’être désigné par son père comme le nouvel homme fort du PDS, contre l’avis de nombre de ses cadres. Le parti libéral y survivra-t-il ?

Cette fois, difficile de ne pas y voir un adoubement solennel. Après avoir écarté un à un tous ceux qui s’imaginaient lui succéder, après avoir imposé l’impossible candidature de Karim à la présidentielle de février dernier, voilà qu’Abdoulaye Wade chamboule les instances dirigeantes du Parti démocratique sénégalais (PDS) et bombarde son fils au poste de secrétaire général adjoint chargé « de l’organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques ».

Une belle promotion pour celui que ses adversaires qualifient sarcastiquement de « prince héritier », qui n’a pas manqué de faire réagir au-delà des murs de la permanence Oumar-­Lamine-Badji, le siège de la formation libérale à Dakar.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte