Dossier

Cet article est issu du dossier «Congo-Brazzaville : après la tempête...»

Voir tout le sommaire
Environnement

Congo-Brazzaville : soft power écolo vs industrie polluante

La Soremi, qui exploite une unité de production de cathodes de cuivre dans la Bouenza, est l’une des entreprises épinglées pour ne pas avoir respecté les contraintes environnementales. © muriel devey malu-malu

Alors que le Congo-Brazzaville est à la pointe des questions de développement durable, nombre de sociétés continuent d’y travailler sans se soucier de la biodiversité. Un paradoxe.

Qu’elles soient congolaises ou étrangères, nouvelles ou présentes dans le pays depuis des décennies, qu’elles usinent sur ses terres ou dans ses eaux, dans les filières du pétrole, des mines, du ciment, du bois, de l’agroalimentaire ou des travaux publics, la plupart des grandes sociétés actives dans le pays ne mènent aucune étude d’impact environnemental, et ne s’inquiètent ni de polluer (les eaux, les sols, les airs) ni de menacer le bassin forestier (sa flore, sa faune, ses tourbières) ou de mettre en danger la population.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte