Santé

Maroc : l’hôpital public, ce grand malade

Des employés du secteur médical public manifestent devant le ministère de la Santé, le 16 octobre 2017 à Rabat. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Massivement suivie, la dernière grève des médecins a aggravé un peu plus la situation des établissements hospitaliers. Sous pression permanente, le ministère de la Santé plaide pour une réforme globale du secteur.

Après une année universitaire blanche dans les facultés de médecine, le Maroc a vécu deux semaines sans médecins dans les hôpitaux publics. Le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP), le plus représentatif du secteur, a décrété cinq journées de grève nationale, calées sur les jours ouvrables de la quinzaine allant du 12 au 25 août.

Une période d’inertie dans le royaume avec pas moins de cinq jours fériés. « Le taux de participation à cette mobilisation nationale a dépassé les 90 % dans certaines villes. La moyenne nationale est d’environ 70 % », affirme Abdellah El Montadar Alaoui, secrétaire général du SIMSP.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte