Agroalimentaire

Côte d’Ivoire : Saf Cacao, une débâcle qui laisse des traces

Unité de transformation du Cacao dans l'usine de Choco Ivoire à San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Mars 2016. © Jacques Torregano pour JA © Jacques Torregano pour JA

La liquidation du numéro un des négociants ivoiriens en cacao continue de faire des vagues.

Un an après la liquidation forcée de Saf Cacao, numéro un des négociants ivoiriens avec des achats de plus de 200 000 tonnes, pour défaut de paiement, les effets continuent de se faire sentir sur le secteur. Classée dans le top 5 après les géants Cargill, Olam, ou Barry Callebaut, l’entreprise a été démembrée.

La filière Choco Ivoire a été cédée au Conseil du café-cacao (CCC), le gendarme de la filière, et la Société agricole du café-cacao (SACC) a repris Cipexi et SAF Cacao contre un chèque de 165 milliards de F CFA (252 millions d’euros). Les créanciers ont été obligés d’accepter une décote de leurs dettes. Résultat, les banques qui cumulaient une importante créance sur la société ne veulent plus financer les négociants ivoiriens. Plusieurs d’entre eux ont dû en conséquence réduire les volumes de fèves récupérés par les multinationales.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte