Santé

Maroc – Boycott des examens : les étudiants en médecine au rattrapage en septembre

Réservé aux abonnés | | Par - à Rabat
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 21h00
Des employés du secteur médical public manifestent devant le ministère de la Santé, le 16 octobre 2017 à Rabat au Maroc.

Des employés du secteur médical public manifestent devant le ministère de la Santé, le 16 octobre 2017 à Rabat au Maroc. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Après avoir boycotté les examens de fin d’année et maintenu la pression tout au long de l’été, les étudiants en médecine vont finalement passer leurs épreuves de rattrapage à partir du 20 septembre.

La Commission nationale des étudiants en médecine (CNEM) a appelé dans un communiqué à « la levée du boycott » après la signature, le 28 août, d’un accord résultant des tractations avec la commission interministérielle (Santé, Éducation nationale et Intérieur) « à la suite des réponses favorables données aux revendications justes et légitimes ».

Retard

L’acceptation de l’offre des pouvoirs publics a pris de nombreux étudiants de court. Certains sont restés sur l’ancien mot d’ordre lancé par la CNEM : marche nationale le 1er septembre et assemblée générale le 3 septembre. D’autres qui ont suivi le déroulement de l’assemblée – avancée au 26 août – sont restés pantois face à cette décision, qui va à l’encontre des votes exprimés.

Et pour cause : si l’offre du gouvernement répond à certaines doléances, comme l’augmentation du nombre de résidents, elle ignore d’autres requêtes, notamment la dispense du service obligatoire dans les zones enclavées que la CNEM défendait avec ferveur. Un point sur lequel le département de la Santé se montrait intraitable, au vu des déserts médicaux qui caractérisent déjà la carte sanitaire du royaume. Les étudiants ont finalement compris qu’ils ne pouvaient obtenir plus…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte