Dossier

Cet article est issu du dossier «Congo-Brazzaville : après la tempête...»

Voir tout le sommaire
Tourisme

Congo-Brazzaville : dans le parc national d’Odzala-Kokoua, une offre touristique haut de gamme

Le camp de Lango compte six chambres d’hôtes.

Le camp de Lango compte six chambres d’hôtes. © Andrew Howard/Odzala Discovery Camps

Pionnier de l’éco­tourisme dans le pays, le groupe sud-africain Congo Conservation Company (CCC) a développé dans le parc national d’Odzala-Kokoua une offre touristique réservée à une clientèle aisée.

Situé dans le nord-ouest du pays et étendu sur 13 000 km2, à cheval sur les départements de la Sangha et de la Cuvette-Ouest, le parc national d’Odzala-Kokoua, créé en 1935, est l’un des plus anciens et des plus vastes du continent. La logistique et l’hébergement y sont organisés par Odzala Discovery Camps, l’opérateur géré par le groupe sud-africain Congo Conservation Company (CCC).

Pionnier de l’éco­tourisme dans le pays, ce dernier a aménagé au sein du site trois « camps de découverte » au confort très haut de gamme, dans l’esprit des lodges sud-­africains : Mboko (12 chambres), Ngaga (6 chambres) et Lango (6 chambres). Tous disposent de terrasses avec vue imprenable sur la forêt et la savane. Les chambres du camp de Lango, construites en hauteur, dans les arbres, donnent même sur un bai : une zone de clairière marécageuse typique de la région, qui constitue un lieu d’observation privilégié, puisque les animaux viennent s’y abreuver.

Capacité d’accueil restreinte

Ces lodges ont une capacité d’accueil restreinte. Une manière de préserver la magie de la forêt et de la réserver à des happy few. Tout comme les tarifs, qui excluent les budgets modestes. Si les prix varient évidemment en fonction des saisons, des prestations et du type de forfait, il faut compter pour un « pack groupe » environ 4 200 euros par personne pour quatre nuits et 5 500 euros pour sept nuits.

Ce forfait comprend les transferts en minibus privé (quatorze heures de trajet) ou en avion privé (deux heures de vol) entre Brazzaville et Odzala, les déplacements au sein du parc, les randonnées d’observation diurnes et nocturnes (évidemment avec guide et en petits groupes de quatre à cinq personnes au maximum), les activités (promenades en bateau, pirogue ou kayak), les repas et l’hébergement, sans oublier l’indispensable lettre d’invitation, fournie par la CCC, que le touriste doit présenter lors de sa demande de visa et à son arrivée au Congo.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte