Politique

Madagascar : la nouvelle coalition de Marc Ravalomanana ne fait pas le plein

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 29 août 2019 à 10h06
Marc Ravalomanana s'adresse à ses supporters lors d'un rassemblement électoral au stade Mahamasina d'Antananarivo, à Madagascar, le samedi 15 décembre 2018.

Marc Ravalomanana s'adresse à ses supporters lors d'un rassemblement électoral au stade Mahamasina d'Antananarivo, à Madagascar, le samedi 15 décembre 2018. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Plusieurs formations d’opposition au chef de l’État, Andry Rajoelina, ont préféré rester à l’écart de la nouvelle coalition RMDM de Marc Ravalomanana.

Élu le 16 août à la tête d’une nouvelle coalition RMDM (21 partis), Marc Ravalomanana, qui espère obtenir le statut de chef de file de l’opposition, est délaissé par ses alliés.

Solide soutien de l’ex-chef de l’État lors de la présidentielle de 2018, la plateforme Dinike, qui compte dans ses rangs Serge Zafimahova, Éliana Bezaza et Tahina Razafinjoelina, n’a pas rejoint RMDM. Il en va de même pour Constant Raveloson, pourtant coordonnateur du comité de soutien de Ravalomanana.

D’autres formations opposées à Andry Rajoelina, le chef de l’État, sont restées à l’écart : le MFM, du sénateur Olivier Rakotovazaha ; Manda, de Lalatiana Ravololomanana, conseillère municipale d’Antananarivo ; et le DHD, de Hary Naivo Rasamoelina. Le HVM, de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, doit se réunir afin de décider s’il se ralliera ou non à la coalition.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte