Droits de l’homme

[Chronique] La conférence de l’ONU contre la torture n’aura pas lieu en Égypte

© Glez

La conférence contre la torture, que l'Organisation des Nations unies (ONU) comptait organiser début septembre en Égypte, ne se tiendra finalement pas dans ce pays, où le régime du président Sissi est régulièrement accusé d'atteintes aux droits de l'homme.

La conférence contre la torture, que les Nations unies avaient programmée pour les 4 et 5 septembre, n’aura pas lieu au Caire. L’initiative avait suscité l’ire des défenseurs des droits de l’homme, qui accusaient l’ONU de « blanchir à la chaux » les exactions du régime d’Abdel Fattah al-Sissi.

« Stabilité »

Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme estimait pour sa part qu’« organiser une conférence ayant pour objectif de réduire la torture, dans un pays où elle est pratiquée, présent[ait] de nombreux avantages ».

Selon Moatez El Fegiery, fondateur du Forum égyptien des droits de l’homme, en Égypte, « l’opposition politique a été totalement réprimée au nom de la lutte contre le terrorisme », et le maréchal Sissi légitime depuis des années sa politique de répression de toute opposition au nom de la « stabilité » – après avoir notamment été réélu en 2018 avec plus de 97 % des voix. Un argument que conteste vivement la société civile.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte