Spectacles

Tunisie : « Final Cut », une pièce qui explore les traumatismes de l’histoire coloniale

« Final cut » de Myriam Saduis. © Marie Françoise Plissart

Fruit d’une histoire familiale entre la Tunisie, la France et l’Italie, la pièce « Final Cut », de Myriam Saduis, explore les silences et les traumatismes liés à l’histoire coloniale.

En ce soir de juin à Tunis, au festival Carthage Dance, le théâtre national Le 4ème Art, dirigé par le metteur en scène Fadhel Jaïbi, est complet. S’y joue la création Final Cut, de la metteuse en scène française Myriam Saduis. Saâdaoui de son nom de naissance, apprend-on dans cette pièce écrite à partir de son histoire familiale. « Mon but n’était pas de raconter ma vie, mais de rendre compte de la manière dont mes parents avaient été pris dans le flux de l’Histoire. »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte