Culture
DJ Arafat © Camille Millerand pour JA

Cet article est issu du dossier

DJ Arafat : ultimes secrets

Voir tout le sommaire
Culture

Musique : DJ Arafat, l’impossible adieu

La mort brutale de l’artiste, le 12 août, a laissé toute la Côte d’Ivoire en état de choc et abasourdi la kyrielle de ses fans. Mais qui était réellement Ange Didier Houon ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 août 2019 à 16:52

Dj Arafat, artiste ivoirien, photographie lundi 20 novembre 2017 a © Camille Millerand pour JA

Près de deux semaines après sa mort, ils sont nombreux à attendre un coup de fil, un texto, un live, un de ces énormes éclats de rire dont il était capable, qui mettrait fin à la tragédie. Et ses proches, en entretien, continuent de parler de lui au présent…

La Côte d’Ivoire en deuil

La Côte d’Ivoire ne s’est toujours pas remise de la disparition de DJ Arafat, le 12 août. La musique de la vedette fédérait déjà la population sans distinction d’ethnie, de parti ou de religion… Sa mort prématurée soude un peu plus le pays. Les « Chinois » continuent d’allumer des bougies sur le lieu de son accident de moto et de se regrouper au stade d’Angré pour danser, pleurer, célébrer le « Daïshi ». Les obsèques officielles se tiendront fin août avec une grande veillée artistique le 30, avant l’inhumation de l’artiste le 31.

L’État ivoirien mettra à disposition le stade Felix-Houphouët-Boigny… Trois cent mille personnes sont attendues. Du côté de Universal Music Africa, dont toute l’équipe était en larmes à l’annonce du décès de la star maison, un énorme concert est prévu « dans la première quinzaine de septembre ». Il regroupera des vedettes ivoiriennes, sénégalaises, françaises, congolaises… issues du rap, de la variété et même du gospel, qui se sont d’elles-mêmes proposées pour honorer la mémoire de l’enfant terrible d’Abidjan.

À Lire DJ Arafat, l’enfant terrible qui incarnait les aspirations d’une génération

Arafat parti, ses proches commencent à évoquer un homme beaucoup plus complexe que le personnage d’ambianceur et de bad boy qui alimentait quotidiennement le web de ses débordements. Pudique, entier, acharné au travail, en quête de sérénité… En donnant la parole à ses amis, à ses collaborateurs, à sa famille de cœur, Jeune Afrique a voulu mettre en lumière Ange Didier Houon, ajouter une part d’humanité au mythe, pour saluer également sa mémoire.