Justice

Gabon : Santullo écrit à Jeune Afrique

Parmi les protagonistes, le président Ali Bongo Ondimba (à g.), Magloire Ngambia, en détention depuis janvier 2017, et la société de Guido Santullo, aujourd'hui décédé. © Montage JA

Le Groupement Santullo Sericom Gabon souhaite répondre à l’article publié dans le no 3052 de Jeune Afrique (du 7 au 13 juillet 2019), intitulé « Santullo, un scandale d’État ».

Le Groupement Santullo conteste le titre de cet article laissant penser que le scandale consisterait en la passation et en l’exécution des marchés attribués au Groupement Santullo. Or, si scandale il y a, c’est bien celui de l’absence de règlement par l’État gabonais de sa dette contractuelle, notamment vis-à-vis du Groupement Santullo, qui n’a eu d’autre choix que de saisir la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale pour se voir rendre justice !

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte