Politique économique

Chine-Afrique : le Focac supplanté par les Nouvelles routes de la soie

Lors de la réunion des coordinateurs africains du Forum sur la coopération Afrique-Chine (Focac) et les institutions chinoises, organisée les 24 et 25 juin 2019. © Olivier Caslin pour Jeune Afrique

Dans la coopération avec la Chine, le Focac n'a plus la cote, les pays africains préfèrent se placer sur les Nouvelles routes de la soie.

Difficile de dire quelle part des 60 milliards de dollars promis à l’Afrique par le président Xi Jinping lors du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) 2018 (JA no 3007) a effectivement été déboursée. Les annulations de dettes au Cameroun (78 millions de dollars en janvier) et en Zambie (22 millions de dollars en juin) ou l’accord de rééchelonnement de la dette congolaise conclu il y a deux mois en font-ils partie ? « On ne sait déjà pas combien des 60 milliards promis en 2015 à Johannesburg ont été utilisés, alors ceux de 2018… », regrette Thierry Pairault, du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, installé à Paris.

C’est la fin d’une ère. Le Focac devient un non-événement, et les pays africains ont bien compris désormais que le club qui compte, c’est celui des Nouvelles routes de la soie.

Il en va autrement des Nouvelles routes de la soie. Lors du forum Ceinture et route pour la coopération internationale, qui s’est déroulé du 25 au 27 avril à Pékin, des accords à hauteur de 64 milliards de dollars ont été signés et le Kenya est reparti avec 590 millions de dollars d’engagements. « C’est la fin d’une ère, constate Thierry Pairault. Le Focac devient un non-événement, et les pays africains ont bien compris désormais que le club qui compte, c’est celui des Nouvelles routes de la soie. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte