Mobilité/Expatriation

Étudiants africains : l’opération séduction du Québec

Par  | 

Pour retenir les nombreux étrangers fraîchement diplômés des grandes universités québécoises, le gouvernement a assoupli les conditions d’obtention d’un permis de résidence.

Chaque rentrée, ils sont quelques milliers à s’asseoir sur les bancs des universités québécoises. Venus du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, ils sont d’abord en quête de formations dans un des cadres de travail parmi les plus réputés au monde. Université de Laval, Université de Montréal (Udem), Université du Québec, à Montréal (Uqam), mais aussi McGill University et Concordia pour les anglophones… La renommée des établissements d’enseignement supérieur québécois n’est plus à faire.

Élites

Vu les tarifs pratiqués – jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de dollars l’année –, seules les élites peuvent y envoyer leurs rejetons. Ils étudient le commerce, la finance, l’administration ou encore l’ingénierie. Ils vivent confortablement, partageant leur temps entre les cours, un éventuel petit boulot et des activités sportives ou culturelles. Chaque université compte généralement une

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte