Diplomatie

Le Québec à la conquête de l’Afrique francophone

Le drapeau du Québec.

Le drapeau du Québec. © abdallahh/CC-BY-SA 2.0.

Diplomatie économique, échanges universitaires, coopération culturelle… Le gouvernement québécois multiplie les initiatives pour tisser des liens pérennes avec l’Afrique francophone.

Attablé devant ses œufs au plat dans un café branché de la Petite-Italie, à Montréal, Oumar Diallo n’a pas l’air malheureux. Dehors, le soleil commence à percer. Oubliées, les températures glaciales du début d’année. En cette matinée de juin, la vie est douce sur les bords du Saint-Laurent.

Cadre dans un grand cabinet d’audit, ce Nigéro-Autrichien de 35 ans ne changerait de vie pour rien au monde. À tel point qu’il a demandé la nationalité canadienne, qu’il espère obtenir sous peu. Arrivé au Québec en 2003, il dirige le Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (Repaf), qui regroupe des actifs du continent de tous secteurs.

« Notre objectif est d’appuyer les membres des diasporas pour qu’ils réussissent leurs carrières au Québec, mais également de tisser des liens pérennes avec nos différents pays d’origine », explique Oumar Diallo entre deux larges sourires. Le lendemain, il s’envolera pour Kigali, où il participera à une mission organisée par le gouvernement québécois. Objectif : y développer des échanges commerciaux et des projets de coopération, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies et du numérique – sur lequel le Rwanda mise beaucoup et dont Montréal est l’un des hubs mondiaux.

« S’ouvrir à l’international et donc à l’Afrique »

Des missions comme celle-ci, les autorités québécoises en mènent régulièrement aux quatre coins du continent ces dernières années. « Il y a globalement un consensus au sein de la classe politique québécoise sur la nécessité de s’ouvrir à l’interna­tional et donc à l’Afrique », explique Bruno Charbonneau, professeur agrégé en études internationales au Collège militaire royal de Saint-Jean.

À la fin de 2018, la Coalition avenir Québec (CAQ, centre droit) remporte les élections générales. Sous la houlette du Premier ministre, François Legault, et de sa ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, le nouveau gouvernement affiche son intention d’augmenter les échanges avec le continent – sans qu’une stratégie claire soit pour autant déterminée. De fait, le Québec, soumis au pouvoir fédéral d’Ottawa, est limité dans ses capacités d’action au niveau international. Sa marge de manœuvre est inexistante dans les domaines régaliens comme la défense ou les grands dossiers diplomatiques. Il a en revanche les mains libres sur d’autres leviers comme l’économie, l’éducation, la santé ou encore la culture. Et ce en vertu de la doctrine Gérin-Lajoie, du nom de celui qui fut vice-Premier ministre de 1964 à 1966, selon laquelle la politique internationale du Québec n’est que le « prolongement de ses compétences internes ».

Tout reste à faire 

Premier atout sur lequel la grande province canadienne mise pour accroître son influence sur le continent : son appartenance à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Évoquant régulièrement le concept de « francophonie économique », les autorités québécoises entendent s’appuyer sur les vastes réseaux de l’OIF pour faire du business à l’étranger. Michaëlle Jean, qui a grandi au Québec, n’est plus la secrétaire générale de l’organi­sation, mais le gouvernement veille à entretenir de bonnes relations avec son successeur, Louise Mushikiwabo. Au début de juin, l’ex-ministre rwandaise des Affaires étrangères était en visite officielle au Québec. Lors de ses rencontres avec François Legault et Nadine Girault, il a notamment été question d’approfondir encore la relation avec les pays d’Afrique francophone.

Il faut que les décideurs québécois améliorent leur connaissance du continent et de sa diversité

Car pour les dirigeants québécois, tout reste encore à faire sur le continent. Selon un rapport récemment publié par l’Institut du Québec (IdQ), 70 % des exportations prenaient la direction des États-Unis en 2017 contre seulement… 0,34 % pour l’ensemble des pays d’Afrique francophone. « La marge de progression est donc très large, surtout avec l’accroissement démographique actuel du continent », estime Jean-Guy Côté, directeur associé de l’IdQ.

Pour l’instant, peu de biens sont exportés. Il s’agit surtout de missions d’expertise dans différents domaines : énergies, infrastructures, transports, éducation ou encore technologies de l’information et de la communication (TIC). Le secteur minier occupe toujours une place centrale à travers la présence de grandes entreprises québécoises dans des pays producteurs d’or, comme Semafo, au Burkina Faso. « Le gouvernement québécois veut sortir du “tout-minier” et diversifier son action sur le continent. Il s’est rendu compte qu’il y avait de nombreuses autres perspectives économiques », remarque Patrice Malacort, représentant du Québec au Conseil canadien pour l’Afrique.

Les pays du Maghreb, en particulier l’Algérie et le Maroc, sont de loin les principaux partenaires, suivent ceux d’Afrique subsaharienne, comme la Côte d’Ivoire. « Il faut que les décideurs québécois, tant au niveau gouvernemental que dans les réseaux d’affaires, améliorent leur connaissance du continent et de sa diversité. Il faut parvenir à mener une politique économique plus ciblée, pays par pays, en fonction des besoins de chacun », ­préconise Jean-Guy Côté.

Perspectives d’affaires et soft power 

Dans l’optique d’accroître ses exportations et de mieux comprendre les attentes de ses interlocuteurs en Afrique francophone, le Québec a ouvert une délégation générale à Dakar et des bureaux à Rabat et à Abidjan, en 2016. D’autres pourraient suivre dans les mois à venir. Outre-Atlantique, les équipes ­d’Export Québec, sous la tutelle du ministère de l’Économie et de l’Innovation, veillent à accompagner au mieux les entreprises désireuses de s’implanter sur le continent.

« Nous essayons de leur faire prendre conscience qu’il y a beaucoup de perspectives d’affaires en Afrique, indique Rodrigue Akue-Atsa, conseiller en Affaires internationales au ministère de l’Économie. Nous les soutenons en faisant de la veille sur les projets en cours, en les informant et en les mettant en relation avec nos partenaires. » Depuis 2010, plus de 300 sociétés ont ainsi été accompagnées par le gouvernement sur le continent.

Reste, enfin, tout ce qui constitue le soft power québécois en Afrique. D’abord à travers les nombreux programmes d’échanges universitaires, qui permettent à la province francophone de nouer des liens durables avec les élites africaines de demain (lire ci-dessous). Mais aussi grâce aux projets culturels soutenus par le gouvernement québécois, ainsi qu’à son implication en matière de solidarité internationale et d’aide humanitaire, par l’intermédiaire de son soutien à différentes associations et ONG. Quant aux membres des différentes diasporas africaines installés à Montréal ou à Québec, ils constituent également un atout non négligeable pour bâtir de nouveaux ponts vers le continent. « Nous avons un vrai rôle à jouer, il faut que le gouvernement s’appuie encore davantage sur nous ! » conclut Oumar Diallo avant d’aller boucler sa valise pour le Rwanda.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte