Politique

[Chronique] Ouganda : Stella Nyanzi de nouveau condamnée pour harcèlement du président Museveni

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Glez

Fesses et seins dans l’actualité ougandaise : c’est pour avoir comparé le président Yoweri Museveni à un derrière que Stella Nyanzi avait été incarcérée en 2017.

C’est en dévoilant sa poitrine et en criant des obscénités au tribunal de Kampala que l’universitaire et militante féministe a accueilli, il y a quelques jours, sa condamnation à dix-huit mois de prison pour harcèlement du chef de l’État et de sa mère défunte. Ses commentaires sur Facebook, suivis par plus de 200 000 personnes, divisent la société ougandaise.

« Le tribunal l’a reconnue coupable d’avoir harcelé sur internet le président Museveni, mais a abandonné l’accusation de propos offensants », a déclaré début août l’avocat de Stella Nyanzi, Isaac Semakadde. « Nous sommes en désaccord avec le jugement », a-t-il ajouté.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte