Politique

Mali : Sy Kadiatou Sow, de la plateforme An tè a banna ! au mouvement Awn Ko Mali

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h59
Sy Kadiatou Sow, présidente d’honneur de la plateforme « An té a bana: Touche pas à ma constitution » le 18 mai 2018  à Bamako

Sy Kadiatou Sow, présidente d'honneur de la plateforme "An té a bana: Touche pas à ma constitution" le 18 mai 2018 à Bamako © Nicolas Réméné pour JA

C’est l’une des figures de la plateforme An tè a banna ! (« Touche pas à ma Constitution ! »), qui, en 2017, a fait échouer le projet de révision de la Constitution d’Ibrahim Boubacar Keïta. Qu’est-elle devenue ?

À 64 ans, cette politique expérimentée est maintenant à la tête d’Awn Ko Mali (« Le Mali d’abord ! »). La coalition, qui regroupe des associations, des syndicats et des partis – dont des membres du Front pour la sauvegarde de la démocratie, de Soumaïla Cissé –, critique le dialogue mis en place en mai par le gouvernement pour réaliser des réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Sy Kadiatou Sow remet en cause le choix, par le pouvoir, des personnalités chargées de diriger ce processus et refuse tout « sujet tabou », notamment la question du dialogue avec les terroristes maliens.

Première femme gouverneur

Charismatique, elle a été la première femme gouverneure (district de Bamako) du pays après la chute de Moussa Traoré avant d’être ministre des Affaires étrangères en 1994, puis de prendre le portefeuille de l’Urbanisme (1994-2000).

Elle a ensuite rejoint l’opposition et relancé l’Adema Association, qui a organisé des tables rondes entre les différents partis lors de la campagne présidentielle de 2018.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer