BTP & Infrastructures

[Tribune] Devenir propriétaire, un vrai calvaire

Le nouveau quartier Vision City, à Kigali, au Rwanda, en mai 2017, vue depuis la colline Kacyiru (image d’illustration). © Vincent Fournier/Jeune Afrique-REA

Pour de nombreux Africains expatriés en Occident, les vacances sonnent l’heure du séjour au pays. Pour l’agréable et le futile, famille et m’as-tu-vu sont au programme, bien sûr. Mais on peut y joindre l’utile : réaliser son rêve d’acquérir un bien immobilier.

C’est là que ces Africains d’Occident, habitués à évoluer dans des pays aux normes carrées, subissent un réel choc des cultures en découvrant des systèmes juridiques encore très approximatifs. La propriété foncière reste en effet anecdotique sur le continent. Elle est issue de deux illégitimités originelles : d’une part l’État, qui est réputé propriétaire de tout ce qui n’est pas revendiqué ; d’autre part les usages traditionnels, qui reconnaissent des droits de fait à des familles sur des biens indivis.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte