Religion

Arabie saoudite : ce que changerait une ouverture des magasins pendant les heures de prière

Un centre commercial à Djeddah, en Arabie saoudite. © Tasneem Alsultan/Bloomberg via Getty Images

Face à la croissance de la vente en ligne, les magasins du royaume pourraient être autorisés à ouvrir sans interruption. Y compris durant les heures de prière.

La scène se répète plusieurs fois par jour dans ce magasin H&M de Riyad. Tandis que les clients parcourent les rayons, une voix retentit à travers les haut-parleurs. Elle invite le consommateur à régler ses achats et à quitter les lieux. Pourtant, la boutique n’est censée baisser le rideau que trois heures et demie plus tard, à 22 heures. « Les caisses ferment dans dix minutes pour la prière », justifie la voix.

C’est ainsi en Arabie saoudite : pendant les prières quotidiennes – l’un des piliers de l’islam – , le commerce est mis sur pause. Une pratique de longue date dont s’accommodent les plus religieux. Mais que d’autres perçoivent désormais comme un sérieux handicap.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte