Politique

Côte d’Ivoire : Marcel Amon-Tanoh, fidèle d’Alassane Ouattara, fend l’armure

Marcel Amon Tanoh, Paris le 4 juillet 2019.© Vincent Fournier/JA © Vincent Fournier/JA

L’austère ministre des Affaires étrangères sert discrètement Alassane Ouattara depuis un quart de siècle. Sur le mode de la confidence, ce fidèle parmi les fidèles a accepté de parler de lui-même, de son parcours et de la prochaine présidentielle.

Quand il était jeune, Marcel Amon-Tanoh adorait être sur le devant de la scène. Il avait 20 ans, l’insouciance de son âge et la passion de la musique, quand, avec ses copains, il a créé un groupe de rock : le Flowers’ Children Group. Pour ses membres, rompus aux bonnes manières des plus grandes familles ivoiriennes, c’était presque une transgression.

Cela n’allait pas entraver leur carrière : René Ekra, à la batterie, deviendra président du Groupement des exportateurs de café et de cacao de Côte d’Ivoire ; Jean-Louis Ekra, à la basse, celui d’Afreximbank ; Jean Blanchard Yacé, à la guitare, sera conseiller au Port autonome d’Abidjan ; quant à Roger Kacou, lui aussi guitariste, il sera ministre du Tourisme puis ambassadeur en Autriche. Marcel, enfin, c’était la star, l’homme qui déclamait du Johnny Hallyday et jouait les refrains des Beatles sur les scènes de Treichville. Les solos de guitare et la voix du Flowers’ Children Group, c’était lui.

Marcel Amon Tanoh, en juin 2019, lors d'une rencontre avec l'Union européenne, à Abidjan. © DR / Ministère des Affaires étrangères Côte d’Ivoire

2020 ? J’ai le droit d’y penser, non ? Pourquoi vous ne me posez pas la question ?

Le jeune rockeur est aujourd’hui un ministre des Affaires étrangères de 67 ans sévère et tout en retenue. Un homme omniprésent mais largement méconnu. Toujours secret et insondable. A-t-il renoncé aux projecteurs de sa jeunesse ? Récemment, ses nombreuses activités sur le terrain et ses publications à répétition sur les réseaux sociaux ont attiré l’attention. « Marcel travaille son image, c’est sûr. On le découvre affable et souriant », dit l’un de ses collègues au gouvernement.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte