Politique

Côte d’Ivoire : Marcel Amon-Tanoh, fidèle d’Alassane Ouattara, fend l’armure

Marcel Amon Tanoh, Paris le 4 juillet 2019.© Vincent Fournier/JA © Vincent Fournier/JA

L’austère ministre des Affaires étrangères sert discrètement Alassane Ouattara depuis un quart de siècle. Sur le mode de la confidence, ce fidèle parmi les fidèles a accepté de parler de lui-même, de son parcours et de la prochaine présidentielle.

Quand il était jeune, Marcel Amon-Tanoh adorait être sur le devant de la scène. Il avait 20 ans, l’insouciance de son âge et la passion de la musique, quand, avec ses copains, il a créé un groupe de rock : le Flowers’ Children Group. Pour ses membres, rompus aux bonnes manières des plus grandes familles ivoiriennes, c’était presque une transgression.

Cela n’allait pas entraver leur carrière : René Ekra, à la batterie, deviendra président du Groupement des exportateurs de café et de cacao de Côte d’Ivoire ; Jean-Louis Ekra, à la basse, celui d’Afreximbank ; Jean Blanchard Yacé, à la guitare, sera conseiller au Port autonome d’Abidjan ; quant à Roger Kacou, lui aussi guitariste, il sera ministre du Tourisme puis ambassadeur en Autriche. Marcel, enfin, c’était la star, l’homme qui déclamait du Johnny Hallyday et jouait les refrains des Beatles sur les scènes de Treichville. Les solos de guitare et la voix du Flowers’ Children Group, c’était lui.

Marcel Amon Tanoh, en juin 2019, lors d'une rencontre avec l'Union européenne, à Abidjan. © DR / Ministère des Affaires étrangères Côte d’Ivoire

2020 ? J’ai le droit d’y penser, non ? Pourquoi vous ne me posez pas la question ?

Le jeune rockeur est aujourd’hui un ministre des Affaires étrangères de 67 ans sévère et tout en retenue. Un homme omniprésent mais largement méconnu. Toujours secret et insondable. A-t-il renoncé aux projecteurs de sa jeunesse ? Récemment, ses nombreuses activités sur le terrain et ses publications à répétition sur les réseaux sociaux ont attiré l’attention. « Marcel travaille son image, c’est sûr. On le découvre affable et souriant », dit l’un de ses collègues au gouvernement.

À quatorze mois de la prochaine présidentielle, beaucoup s’interrogent sur ses ambitions. L’intéressé se plaît à laisser planer le doute. « 2020 ? J’ai le droit d’y penser, non ? » lance-t-il dans un regard perçant, au cours d’un entretien à Paris, début juillet. « Pourquoi vous ne me posez pas la question ? » insiste-t-il. Lui, candidat ? Finalement, il ne répondra pas.

Pilier du régime d’Alassane Ouattara

Ce pilier du régime d’Alassane Ouattara est un homme déroutant. Il est d’une espèce rare et se dit presque déçu d’avoir accédé à un ministère de souveraineté. Il a appris sa nomination un matin de janvier 2017. Il s’en souvient bien : comme rarement, celui qui était depuis six ans le directeur de cabinet d’Alassane Ouattara a senti les choses lui échapper. Il venait d’appeler Mabri Toikeusse, le chef de la diplomatie, pour lui donner ses instructions quotidiennes, et le coup de fil était étrange.

« Mabri m’a écouté et il m’a répondu : “Mais tu n’es pas au courant ? Je viens de recevoir un coup de téléphone. Je ne suis plus ministre”… » Quelques instants plus tard, dans le bureau présidentiel, Alassane Ouattara lui annonçait que le portefeuille lui revenait. « J’en ai eu les larmes aux yeux. Cela ne m’intéressait tellement pas… », raconte-t-il en donnant, pour une fois, l’impression de fendiller l’armure. « J’y suis désormais pleinement heureux », s’empresse-t-il de préciser.

Après l’annonce du remaniement, ils sont nombreux à s’être réjoui. Beaucoup voyaient en l’éloignement de ce très proche du président une punition, certains allant jusqu’à parler de disgrâce. Le personnel de la présidence était soulagé. Enfin, c’en serait fini des règles rigides de ce directeur de cabinet exigeant, s’imaginait-on.

Depuis l’arrivée d’Alassane Ouattara à la tête de l’État, Marcel Amon-Tanoh ne transigeait pas avec le décorum. Il avait imposé le silence dans les couloirs et les costumes pour les travailleurs comme pour les visiteurs. Il voulait rompre avec l’ambiance rigolarde qui l’avait tant agacé sous Laurent Gbagbo : le palais présidentiel était alors « un moulin ouvert à tous les vents », s’indigne-t-il.

« L’aristo de la bande »

Marcel Amon Tanoh, à Paris le 4 juillet 2019. © Vincent Fournier/JA

Il laisse son cœur à [sa] femme. La politique n’est pas une affaire de sentiments

« Dur », « cassant », « méprisant ». Dans le marigot politique ivoirien, les adjectifs associés à ce cacique du régime sont rarement flatteurs. « Au ministère, on m’attendait avec le couteau entre les dents », reconnaît-il lui-même. Il faut dire que le patron des Affaires étrangères n’est pas très… diplomate. « Quand il a quelque chose à dire, il n’y va pas par quatre chemins », atteste l’un de ses collaborateurs. Marcel Amon-Tanoh est un « cas spécial », estiment avec pudeur plusieurs cadres de son propre parti. Lui-même l’avoue : le matin, il « laisse son cœur à [sa] femme. La politique n’est pas une affaire de sentiments ».

Amon-Tanoh, « c’est l’aristo de la bande » d’Alassane Ouattara, s’amuse l’un des cadres du parti présidentiel, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Il n’aime pas beaucoup se définir ainsi. Mais la politique, il est tombé dedans quand il était petit. Ministre de l’Éducation nationale sous Félix Houphouët-Boigny, son père, Lambert Amon-Tanoh, est un cadre historique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Sa mère est la sœur de Philippe Yacé, l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Dans la belle villa familiale on parle intrigues, coups bas et ambitions… Comme tous les enfants de l’élite, le petit Marcel grandit à Cocody et fait ses études au lycée classique d’Abidjan. C’est un élève moyen mais travailleur. On lui apprend les bonnes manières et le piano. Ses copains s’appellent Ekra ou Delafosse, les noms des happy few qui, depuis toujours, dirigent le pays.

Félix Houphouët-Boigny avec l’influent ministre Antoine Cesareo, devant la basilique Notre-Dame-de-la-Paix, à Yamoussoukro, le 2 novembre 1989. © P. ROBERT/Sygma via Getty Images

Je sais ce que Houphouët pensait de chacun des politiques ivoiriens actuels

Ses classes politiques, Marcel Amon-Tanoh les fait au cœur du pouvoir. Après sa rencontre avec Hélène Houphouët-Boigny, la fille du président, à la fin des années 1970, il entre dans l’intimité et les secrets du premier chef de l’État ivoirien, qui deviendra son beau-père en 1982. « Il m’invitait à discuter dans sa salle de bains lorsqu’il se rasait le matin ou, seul, dans sa chambre », se souvient-il.

Marcel a sa place à la table du président. Il y dîne parfois avec d’illustres invités : il se souvient de François Mitterrand à Yamoussoukro, d’Abdou Diouf ou d’Omar Bongo Ondimba, dont il deviendra proche. Depuis, il s’est remarié avec une descendante de la grande famille Fadiga, originaire du nord-ouest de la Côte d’Ivoire. Mais ses souvenirs sont intacts. « Je sais ce que Houphouët pensait de chacun des politiques ivoiriens actuels », dit-il, comme une menace.

Il fait sa première campagne en 1980, à la demande du chef de l’État, pour défendre son clan. Le président a été contraint de mettre fin au parti unique et, pour la première fois, il est ouvertement contesté par un opposant nommé Laurent Gbagbo. « Je ne voulais pas faire de la politique, jure-t-il, mais ça m’a toujours rattrapé. » Il devient conseiller municipal de Cocody. À l’époque, pourtant, c’est de prospérité qu’il rêve : il veut devenir homme d’affaires. Il se lance dans le cacao, la richesse nationale, et monte une société d’import-export.

Missions délicates

Marcel Amon Tanoh salue Ibrahim Boubacar Keïta, le président malien, accueilli à Abidjan par son homologue ivoirien Alassane Ouattara en mai 2018. © DR / Ministère des Affaires étrangères Côte d’Ivoire

C’est un homme de Ouattara. Il estime n’avoir de comptes à rendre à personne d’autre. Cela agace beaucoup en interne

Sa rencontre avec Alassane Ouattara, par l’intermédiaire de sa femme, Dominique, le replonge définitivement dans la marmite politique. De la création du Rassemblement des républicains (RDR), en 1994, à l’accession au pouvoir, les deux hommes ne se quitteront plus. À Ouattara, Amon-Tanoh apporte sa droiture et ses réseaux historiques. Originaire de Jacqueville, à l’ouest d’Abidjan, par sa mère, et d’Aboisso, à l’est, par son père, il est un notable du Sud dans un parti essentiellement dirigé par des hommes du Nord.

Intransigeant et fidèle, il est ainsi depuis toujours l’intermédiaire idoine entre Ouattara et les caciques de l’ancien parti unique. Depuis la recrudescence des tensions entre le président et son aîné, Henri Konan Bédié, en 2017, il a plusieurs fois pris la route de Daoukro, fief du patron du PDCI. « Je crois que les deux chefs avaient confiance en moi. Ils savaient que je passais fidèlement les messages, même lorsqu’ils étaient difficiles à transmettre. » Depuis la rupture entre Bédié et Ouattara, il y a un an, Amon-Tanoh n’a plus vu l’ancien président, mais lui a parlé au téléphone deux ou trois fois.

Ces missions délicates, Marcel Amon-Tanoh en a l’habitude. Sous Laurent Gbagbo, dans les années 2000, il déjeunait parfois à la table du président socialiste et transmettait des messages de Ouattara. Alors ministre mais opposant, il avait pour lui la bienveillance du chef de l’État, qui l’avait connu sur les bancs de la fac. Gbagbo avait été son professeur à l’université Félix-Houphouët-Boigny. Marcel Amon-Tanoh est ainsi : il maîtrise les réseaux personnels bien mieux que les appareils.

Rares sont les personnalités aussi puissantes à s’attirer autant de critiques dans leur propre camp. « C’est un homme de Ouattara. Il estime n’avoir de comptes à rendre à personne d’autre. Cela agace beaucoup en interne », estime un membre du parti présidentiel. « Sans atomes crochus » avec Hamed Bakayoko, le ministre de la Défense, selon un bon connaisseur des deux hommes, souvent en concurrence avec le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly (lire encadré), il a peu de soutiens au sein du RHDP.

Les cadres du parti reconnaissent l’efficacité de celui qui a piloté la présidence ivoirienne du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais rappellent à l’envi les grèves du personnel du ministère qui ont entaché le début de son règne aux Affaires étrangères, les grincements de dents en interne lors des promotions accordées à ses amis, notamment son directeur de la communication, Marc-Antoine Assé, ou encore la pression qu’il met sur ses équipes. « Il est extrêmement exigeant et aime le travail bien fait », rétorquent ses soutiens, qui le voient comme un homme « dur mais juste ».

À l’approche de l’élection présidentielle, certains cadres de sa famille politique ne se privent pas d’appuyer où cela fait mal. Longtemps chargé de la mobilisation au sein de son parti, Marcel Amon-Tanoh avait été l’une des rares figures de la majorité à ne pas être élu député en 2011. Cinq ans plus tard, sa candidature aux législatives dans son fief familial d’Aboisso avait finalement été retirée par le parti présidentiel. Mais Marcel Amon-Tanoh le sait : il y a d’autres moyens d’occuper le devant de la scène.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte