Actualités
Vladimir Poutine lors de sa première visite en Afrique du Sud, en septembre 2006.

Cet article est issu du dossier

Russie-Afrique : les secrets d’une reconquête

Voir tout le sommaire
Pour vous former

Pourquoi les étudiants africains boudent la Russie

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 août 2019 à 16:42

Étudiants africains de l’université Patrice-Lumumba, à Moscou,en 1961. © Vladimir/Sputnik/AFP

De moins en moins d’Africains optent pour des établissements d’enseignement supérieur russes. Les jeunes subsahariens se plaignent de surcroît du racisme auquel ils sont souvent confrontés en Russie, ce qui ne contribue pas à améliorer l’attractivité des facultés moscovites.

Elle semble loin l’époque où une partie des élites africaines, civiles comme militaires, allait se former dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, qui les accueillaient à bras ouverts au nom de « l’amitié entre les peuples » et de la solidarité face aux puissances « impérialistes » – c’est-à-dire occidentales.

L’objectif officiel de l’université était de former une élite intellectuelle qui, une fois revenue au pays, se comporterait en amie de la Russie

L’institution la plus célèbre, l’université Patrice-Lumumba, à Moscou (ainsi baptisée en l’honneur du leader révolutionnaire congolais après son assassinat, en 1962, puis renommée Université russe de l’amitié des peuples, trente ans plus tard, après la chute de l’Union soviétique), aurait vu défiler dans ses amphithéâtres entre 400 000 et 500 000 étudiants du continent, parmi lesquels de futurs chefs d’État comme João Lourenço, Hifikepunye Pohamba, Eduardo dos Santos ou Thabo Mbeki. L’objectif officiel de l’université était alors de former une élite intellectuelle qui, une fois revenue au pays, se comporterait en amie de la Russie et porterait un discours anticolonial sérieux et élaboré.

Racisme

Aujourd’hui, les effectifs ont fondu. Si l’université moscovite s’enorgueillit d’accueillir des étudiants venus de 158 pays, le contingent africain y est maigre : il ne compterait plus qu’environ 5 000 étudiants (quand la France en forme 115 000, et l’Arabie saoudite 33 000). Les jeunes subsahariens se plaignent de surcroît du racisme auquel ils sont souvent confrontés en Russie (le problème a resurgi de manière spectaculaire pendant la Coupe du monde de football 2018), ce qui ne contribue pas à améliorer l’attractivité des facultés moscovites.