Universités

Pourquoi les étudiants africains boudent la Russie

Par  | 

De moins en moins d'Africains optent pour des établissements d'enseignement supérieur russes. Les jeunes subsahariens se plaignent de surcroît du racisme auquel ils sont souvent confrontés en Russie, ce qui ne contribue pas à améliorer l’attractivité des facultés moscovites.

Elle semble loin l’époque où une partie des élites africaines, civiles comme militaires, allait se former dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, qui les accueillaient à bras ouverts au nom de « l’amitié entre les peuples » et de la solidarité face aux puissances « impérialistes » – c’est-à-dire occidentales.

L’objectif officiel de l’université était de former une élite intellectuelle qui, une fois revenue au pays, se comporterait en amie de la Russie

L’institution la plus célèbre, l’université Patrice-Lumumba, à Moscou (ainsi baptisée en l’honneur du leader révolutionnaire congolais après son assassinat, en 1962, puis renommée Université russe de l’amitié des peuples, trente ans plus tard, après la chute de l’Union soviétique), aurait vu défiler dans ses amphithéâtres entre 400 000 et 500 000 étudiants du continent, parmi lesquels de futurs chefs d’État comme

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte