Diplomatie

Pierre Péan : obsèques africaines

Le journaliste-écrivain Pierre Péan, en 2009 (image d'illustration). © CHRISTOPHE ENA/AP/SIPA

Plusieurs personnalités africaines, notamment gabonaises et rwandaises, ont fait le déplacement fin juillet pour rendre un dernier hommage à l'auteur d' « Affaires africaines » et de « Noires fureurs, blancs menteurs ».

Décédé le 25 juillet à l’âge de 81 ans, le journaliste français Pierre Péan a été inhumé le 31 juillet à Bouffémont (Val-d’Oise) en présence de nombreux amis africains, dont plusieurs Gabonais. Parmi ces derniers, une délégation dépêchée par l’ancien ministre Jean-Marc Ekoh, qui avait été son chauffeur lorsque Pierre Péan, au début des années 1960, avait été coopérant au Gabon.

Étaient également présents des figures de la vie politique, comme Jean-Pierre Lemboumba Lepandou, ex-conseiller d’Ali Bongo Ondimba passé à l’opposition, ou Charles M’Ba, ancien d’Elf Aquitaine et ex-ministre délégué aux Finances. Absent, Jean Ping a fait livrer une couronne de fleurs ornée d’un message de condoléances… comportant une faute d’orthographe.

La couronne de fleurs offerte par le Gabonais Jean Ping pour les obsèques de Pierre Péan. © DR

Hommage au « Mzee » Pierre Péan

Outre le Gabon, le Rwanda était largement représenté à Bouffémont, à travers plusieurs personnalités farouchement hostiles au régime de Kigali. Joseph Matata, le fondateur du Centre de lutte contre l’impunité et l’injustice au Rwanda (CLIIR), avait fait le déplacement depuis Bruxelles à la tête d’une délégation de la société rwandaise en Belgique. Jean-Marie Vianney Ndagijimana, ancien ministre des Affaires étrangères au lendemain du génocide, auteur d’un livre intitulé Paul Kagame a sacrifié les Tutsi, était lui aussi présent, tout comme l’abbé Wenceslas Munyeshyaka, longtemps soupçonné de participation au génocide avant de bénéficier d’un non-lieu en France.

Jacques Hogard, qui participa à l’opération Turquoise en 1994, est venu rendre hommage au ‘grand Français et au grand journaliste que fut Pierre Péan’

Le prêtre a longuement rappelé, pendant la messe dite en souvenir de Pierre Péan, que certains dans la région des Grands Lacs le surnommaient le « Mzee » [« le Vieux, le Sage », en swahili].

Le Camerounais Charles Onana, auteur de plusieurs ouvrages révisionnistes sur le génocide des Tutsi, et l’activiste RD-Congolais Freddy Mulombo, auteur d’un blog ouvertement anti-Kagame sur Mediapart, ont également assisté aux obsèques. Tout comme le colonel en retraite Jacques Hogard, de la Légion étrangère, qui participa à l’opération Turquoise en 1994, venu rendre hommage au « grand Français et au grand journaliste que fut Pierre Péan ».

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte