Politique

Algérie : entre Ahmed Gaïd Salah et Abdelkader Bensalah, un dialogue de sourds

© Jeune Afrique

Alors que le président par intérim Abdelkader Bensalah avait accepté les préalables au dialogue politique fixés par l'instance de médiation, le général Ahmed Gaïd Salah les a balayés, et a réitéré jeudi 8 août son appel à une élection présidentielle dans les plus brefs délais.

Si Bensalah rime avec Gaïd Salah, ce n’est pas pour autant que leurs avis convergent. Alors que le Forum civil pour le changement (FCC) commençait enfin à se concrétiser, le chef de l’état-major algérien vient mettre son veto à l’initiative. « Il n’est plus question de perdre davantage de temps », a tranché Ahmed Gaïd Salah.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte