Musique

Cap-Vert : à Mindelo, sur les pas de Cesária Évora

Castellazzo di Bollate, 8/07/2004. Villa Arconati Festival 2004 Portrait de la chanteuse Cesaria Evora Photo Pomati ©Farabola/Leemage

Castellazzo di Bollate, 8/07/2004. Villa Arconati Festival 2004 Portrait de la chanteuse Cesaria Evora Photo Pomati ©Farabola/Leemage © Farabola/Leemage

De son vivant, la diva de la morna revenait toujours dans le petit port du Cap-Vert où elle est née. Le parfum de ses frasques, de son génie et de son vague à l’âme flotte encore sur la ville.

À Mindelo, la « capitale » de São Vicente, une île cap-verdienne posée sur l’Atlantique au large du Sénégal, Cesária Évora est partout et nulle part. La chanteuse est née en 1941 et s’est éteinte en 2011, à 70 ans, sur ce petit bout de terre aride qu’elle continue de hanter. Elle apparaît dès l’aéroport, à cinq minutes de la ville, où une statue (assez laide) a été érigée.

Il n’y a pas un café qui ne diffuse à un moment de la soirée Sodade, Petit pays, ou un autre tube qui ont propulsé sur les scènes du monde entier « la diva aux pieds nus » et lui ont permis d’écouler plus de six millions de disques…

Et il n’y a pas un habitant majeur de Mindelo qui n’ait d’anecdote à vous raconter sur les frasques de la star : ses embrouilles avec les notables locaux (pour se venger de leur indifférence avant la célébrité), ses nuits d’ivresse lorsqu’elle avait encore un penchant pour la bouteille (avant de décrocher pour de bon), les repas gargantuesques qu’elle offrait chez elle aux voisins, aux curieux, ou aux touristes éberlués par ses largesses.

Pourtant, aucun circuit officiel dans la ville n’existe autour de la chanteuse. Et il faut fouiller, interroger les locaux pour retrouver les lieux qui peuvent raconter un peu de la destinée incroyable de la diva, reconnue à 50 ans après des années de galère et de dépression. Par petites touches, on peut recomposer, sur place, le portrait impressionniste de « Miss Perfumado ». Sur un air de morna.


• Le Café royal

cafe royal mindelo cap vert

cafe royal mindelo cap vert © Léo Pajon

Ce vaste bar à la façade ocre fut longtemps le QG de Cesária, qui y restait des heures, toujours chaussures ôtées, lorsqu’elle n’était pas chez elle avenida Fernando Ferreira Fortes. « Elle pouvait sortir très tard, conduite par son chauffeur, pour s’asseoir à une table et payer sa tournée à tous les clients », se souvient Patricia Karantonis, qui lui servit d’interprète entre 2003 et 2006 et resta son amie.

C’est quelqu’un qui a vécu dans la misère, qui a souffert les quarante premières années de sa vie

« L’établissement a fermé pendant plusieurs années, aujourd’hui ce ne sont plus les mêmes propriétaires. » Mais le Café royal maintient le culte de la diva: une grande fresque, des tableaux rendent hommage à la chanteuse, et sur une petite scène, des musiciens perpétuent la nostalgie de la morna ou de la coladeira (un genre plus rythmé et dansant). « Toute sa vie, elle a préféré les rades populaires aux établissements luxueux », ajoute Patricia Karantonis.

Invitée dans l’hôtel Porto Grande de Mindelo pour un concert, elle finira ainsi par refuser de chanter parce qu’une table n’a pas été prévue pour sa famille. « C’est quelqu’un qui a vécu dans la misère, qui a souffert les quarante premières années de sa vie, elle pouvait aussi être très dure », rappelle Juan Branco, directeur du centre culturel portugais.

Rua da Liberdade de África


• La collection Eder de Oliveira Rocha

musee cesaria evora mindelo cap vert

Léo PajonCe collectionneur de 56 ans revendique pas moins de « 3065 pièces »ayant appartenu à Cesária. Robes, tenues de scène, articles, livres, portraits en pagaille… dans quelques salles de l’imposant Palácio do Povo, au centre de Mindelo, Eder de Oliveira Rocha a accumulé des reliques glanées pendant trente-neuf ans. «Je l’ai connue quand j’avais 7 ans ,bien avant qu’elle ne devienne populaire, rappelle-t-il. Elle buvait beaucoup, à l’époque, parfois en échange de quelques chansons. Je l’aidais à rentrer chez elle… Bien plus tard, du temps de sa gloire, je l’ai rencontrée lors d’une tournée à Boston, elle m’a offert une bouteille de whisky ! »

Attention… à en croire les proches de Cesária, les pièces exposées n’ont pas toutes appartenu à la chanteuse. Restent des photos qui témoignent de l’incroyable succès de la Cap-Verdienne : Cesária en Russie, au Cameroun, à Cuba… immortalisée au bras de politiciens ou de pop stars comme Madonna, hilare. Et un enregistrement russe datant de 2008, dont le collectionneur conserve jalousement une des rares copies : My Heart, Why Do You Cry ?

Palácio do Povo, avenida Baltasar Lopes da Silva


 Baía das Gatas

Le festival de Baía das Gatas, au Cap Vert, en 2019.

Le festival de Baía das Gatas, au Cap Vert, en 2019. © DR

Depuis 1984, tous les ans, durant un week-end de pleine lune du mois d’août, le festival Baía das Gatas se tient dans la « baie des Requins-Chats ». La manifestation rassemble des milliers d’amateurs de musique: après des concerts souvent « tradi », la plage se change en discothèque à ciel ouvert où l’on danse sur du zouk, du rap et de la kizomba. Cesária a évidemment joué dans ce festival, entre deux tournées internationales, en 2002, en 2006 et en 2009. Selon Patricia Karantonis, elle s’y faisait aussi conduire par son chauffeur pour profiter de la soirée… depuis sa voiture.

À 10 km à l’est de Mindelo, du 9 au 11 août pour l’édition 2019


La Casa da Morna

Casa da Morna

kim-zÉ brito« La nuit à Mindelo est séductrice / Les yeux comme ceux de nos métisses ». À l’entrée du café-concert le plus réputé de la ville, les mots du poète et chanteur de morna B.Leza donnent le ton. C’est ici, à partir de 22 heures, que l’on écoute les meilleurs groupes de mornaou de coladeira. Le lieu a été créé par Tito Paris, personnalité du monde de la nuit (il possède un autre cabaret à Lisbonne) et de la musique, qui a chanté et joué de la guitare de nombreuses fois pour Cesária. Aux murs de son café-concert, dont le long balcon fait face à la mer, la diva apparaît sur de grands portraits . Son nom, comme ceux d’autres artistes locaux (Pedro Comparaçon, Sandra Horta, Gabriela Mendes…), est inscrit au dos de l’une des chaises. Et les artistes invités interprètent souvent le répertoire de Cesária.

Rua da Praia

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte