Diplomatie

Arabie saoudite : Ahmed Qattan, atout de Riyad pour contrer le duo Turquie-Qatar en Afrique

Lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, au Caire, le 6 mars. © Khaled DESOUKI/AFP

Sa nomination comme ministre d’État des Affaires africaines, en février 2018, est le symbole des ambitions du royaume sur le continent.

C’est un poste qui n’existait pas : un simple directeur du ministère des Affaires étrangères supervisait traditionnellement les relations avec les pays du continent. Celui qui l’occupe, Ahmed ben Abdelaziz al-Qattan, grand commis de l’État au parcours impeccable, s’est imposé comme une des figures de la politique étrangère du royaume depuis son entrée au ministère, en 1977.

Envoyé à l’ambassade de Londres au début des années 1980, il pose ses valises moins d’un an plus tard à Washington, l’affectation la plus convoitée par les diplomates saoudiens. Qattan prend racine dans la capitale américaine, devenant le compagnon de route et le second du très influent prince Bandar ben Sultan Al Saoud à l’ambassade jusqu’en 2005. Parallèlement, il se fait les dents dans les organisations internationales, représente le royaume des deux lieux saints à l’Organisation des États américains, participe à des sessions de l’ONU.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte