Politique économique

Bataille d’interprétation autour des Mauritius leaks

3056 Têtes d'affiche © Will Fitzgibbon, éditeur en chef des Mauritius Leaks et Dharmendar Sesungkur , ministre mauricien des services financiers et de la Bonne gouvernance

Face au Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) qui reproche au système d'optimisation mauricien de siphonner les revenus fiscaux africains, Port-Louis se défend et met en avant la légalité de ces avantages et un environnement favorable aux affaires.

La publication des Mauritius Leaks, le 23 juillet, par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a bousculé la quiétude de l’île. Deux lectures de l’optimisation fiscale et des systèmes offshore mauriciens s’opposent. D’un côté, les autorités insulaires défendent les traités de non-double imposition signés avec des pays tiers, qui visent à « améliorer le climat d’investissement et à stimuler les IDE (investissements directs étrangers) ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte